8 Avril 2019

Cameroun: Bodjongo - Il tue sa concubine dans un incendie

Certaines histoires d'amour finissent en eau de boudin. Celle-ci s'est achevée dans des flammes violentes. Marie Bekou, 44 ans, a ainsi péri dans la nuit du 3 au 4 avril dernier chez elle au quartier Bodjongo par Bonabéri, dans l'arrondissement de Douala 4e. Auteur présumé du crime, un certain Donfack E., qui a partagé sa vie pendant un moment.

Un bon moment même, à en croire les informations recueillies par CT sur cette affaire. De fait, le couple, qui vivait maritalement, avait acquis un lopin de terre - du côté de Bonabéri donc - et construit une maison sur une partie de cet espace.

Il apparaît que la dame avait manifestement plus contribué que le monsieur. Ce qui était aussi manifeste, c'est que le couple connaissait des crises régulières, des moments de tension. Outre les concubins, un des fils de la dame, un adolescent prénommé Steve, habitait la maison. Il y a quelque temps, un fils plus âgé de Marie Bekou émet le désir d'exploiter une partie du terrain restant, sur lequel il veut mener une activité. Donfack s'y oppose. Une nouvelle crise éclate dans le couple, et fait voler celui-ci en éclats. Marie déclare la rupture et demande à l'homme de s'en aller. Donfack s'y résoud, mais rappelle qu'il y a une affaire d'argent entre eux : elle lui devrait 90 mille francs.

La question sera réglée à la gendarmerie : Marie paie cette dette, et son désormais ex promet de disparaître. Sauf que... Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, alors que mère et fils sont couchés, des bruits se font entendre. Le petit Steve se lève et quand il arrive au salon, il constate que la porte est ouverte. On l'imagine inquiet dans la pénombre. Selon son propre témoignage, il va alors voir le sieur Donfack, un bidon dans une main et une machette dans l'autre, en train d'asperger de l'essence un peu partout.

Pris de peur, le gamin garde le silence et parvient à se glisser hors du domicile. Son idée est d'aller alerter des voisins. Dehors, il constate que de l'essence a été aspergée aussi. Quand les renforts arrivent, il est trop tard : l'incendie fait déjà rage. Une fois les flammes éteintes, on retrouvera le corps carbonisé de Marie Bekou. Vu la posture dans laquelle la dépouille a été découverte, certains n'excluent pas des sévices subis, et peut-être un assassinat à l'arme blanche, avant la quasi-crémation. Aux dernières nouvelles, la gendarmerie a mis la main sur le meurtrier-pyromane.

Cameroun

CAN U17 - Qui seront les finalistes ?

Jour de demi-finales ce mercredi à la CAN U17, Tanzanie 2019. Après avoir décroché leur… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.