Togo: De l'électricité en l'air à Kpalimé

La manifestation qu'organisent les Globules rouges dans tout le Togo le 13 Avril promet spécialement de l'électricité dans l'air au niveau de Kpalimé. Le tout puissant préfet de Kloto a interdit cette marche dans sa localité sous prétexte qu'il aurait appris que les globules rouges se préparent pour des actes de vandam-lisme.

Cet argument que nous avons trouvé léger comme le sperme d'un caméléon a fini par surpasser la constitution qui prévoit la liberté de manifestations.

Là où le bât blesse, c'est que des individus corrompus qui sont souvent reconnus par leurs tenues traditionnelles et leurs couronnes sur les têtes on dirait une glacière thaïlandaise sont montés au créneau arguant que les Abrafo de Kpalimé menaceraient d'empêcher la manifestation du PNP si jamais ce parti brave l'interdiction.

L'information a été annoncée hier à Lomé sur les ondes d'une radio de victoire par le tout puissant préfet de Kloto. Il a déclaré que les chefs traditionnels étaient venus le voir et lui ont fait cas du sort que réservent les Abrafo de Kpalimé aux globules rouges.

D'abord en tant que journaliste il faut tirer l'alerte sur nos autorités avant qu'il ne soit trop tard. Ce qui s'annonce comme information venant de Kpalimé ne devrait pas être prise à la légère surtout que nous qui sommes à Lomé, connaissons le rôle que les Abrafo de Lomé ont joué en 2017 et 2018 contre les militants de la C14.

Ce sont pas les Abrafo de Kpalimé qui promettent le pire. Nous tous nous savons que ce pouvoir ne manque pas de miliciens. Il est capable de convoyer les miliciens de Lomé pour aller rejoindre nuitamment un groupe de jeunes affamés de Kpalimé pour créer du désordre.

Cette "affaire de chefs traditionnels sont venus me voir pour m'informer d'un message musclé des Abrafo" est une machination pour faire pression sur le PNP à annuler la manifestation de Kpalimé. Au cas où le PNP s'en tient à la marche les jeunes maudits de Lomé et les jeunes affamés de Kpalimé vont descendre dans la foule.

Il ne faut jamais balayer du revers de la main cette déclaration du préfet du Kloto. En tant que autorité locale représentant le pouvoir, la manière responsable de résoudre ce problème c'est de prendre les dispositions sécuritaires pour accompagner cette manifestation.

L'interdire et après annoncer la visite musclée des Abrafo le 13 avril c'est se soustraire des responsabilités comme quoi je vous aurais prévenu.

Phaure devait expliquer les dimensions du PND aux préfets du Togo avant son lancement. Le PND exige aussi la sécurité des populations.

Mais le PND n'a jamais dit que ce sont les Abrafo qui vont assurer la sécurité de la population de Kpalimé. C'est seulement au Togo on entretient ce qui n'est pas raisonnable.

Comme je le disais, la meilleure manière d'éviter les troubles s'il y en aura c'est de renforcer la sécurité au tour de cette marche, accompagner les manifestants. Une femme préfet ne peut pas tenir cette déclaration sur les antennes.

Si jamais le 13 Avril il y a barbarie à Kpalimé lors de cette manifestation organisée par le PNP, il ne faut pas aller chercher loin le responsable.

C'est le préfet de Kloto qui sera tenu pour responsable. Tu ne peux pas annoncer la pluie le 13 Avril et être mouillé alors que tu possèdes parapluie pour te mettre à l'abri.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.