Algérie: Les partis de l'opposition rejettent l'installation de Bensalah à la tête de l'Etat

Le président Abdelaziz Bouteflika votant lors des élections législatives algériennes de 2012 (photo d'archives).

Alger — Les partis de l'opposition ont rejeté, mardi, l'installation de M. Abdelkader Bensalah en qualité de chef de l'Etat, affirmant que cette démarche "est incompatible" avec les revendications du peuple algérien.

Dans ce cadre, le président du Mouvement pour la société de la paix (MSP), Abderzak Makri a indiqué que "suite à l'installation de M. Abdelkader Bensalah en qualité de chef de l'Etat, en présence des députés pro-pouvoir et contre la volonté du peuple, il est impératif que le mouvement populaire se poursuive jusqu'à ce que le nouveau chef d'Etat démissionne de son poste", avant de plaider pour l'application de mesures politiques à travers le dialogue qui aboutira à l'installation d'une personnalité acceptée par le peuple, un chef d'Etat qui s'emploiera à la promulgation de décrets permettant de réaliser les réformes avant le retour au processus électoral.

Il a estimé, à cet égard, que l'organisation des élections avant la réalisation des réformes était "comme un dédain vis-à-vis du peuple algérien, et une perte de l'image de la belle Algérie qu'a su dessiner le mouvement populaire partout dans le monde. C'est également mettre en péril la sécurité et la stabilité du pays", soulignant que "chaque partie doit assumer ses responsabilités".

Pour sa part, le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbes a publié sur sa page facebook qu'il s'agissait "du troisième coup d'Etat contre la volonté populaire...", estimant que l'installation de M. Bensalah à la tête de l'Etat pour une durée de 90 jours "bloque le nouvel élan tant attendu", et que le recours du pouvoir à la Constitution "mènera à l'impasse".

Le président du parti Talaie El-Houriyet, Ali Benflis a considéré que l'application de l'article 102 à lui seul "est insuffisant pour entériner la vacance du poste de président de la République et que l'installation de M. Bensalah en qualité de chef d'Etat signifie l'exclusion des deux articles 7 et 8 de la Constitution pour lesquels s'est engagé le commandement de l'armée dans des communiqués officiels".

Lire aussi: Le chef de l'Etat s'engage à mettre en place une institution nationale souveraine pour la tenue des élections

Dans une déclaration à la presse, M. Benflis a réaffirmé que l'application de l'article 102 "n'aboutira pas à l'apaisement des esprits notamment dans la conjoncture actuelle, et ne rapprochera pas le pays d'une sortie de crise".

S'exprimant au terme de l'installation de M. Abdelkader Bensalah en qualité de chef de l'Etat, le président du Front de justice et de développement (FJD), Abdellah Djaballah a affirmé que ce système avait perdu sa "légitimité et toutes ses décisions seront nuls", rappelant que "le peuple a revendiqué le changement".

Dans son communiqué, le FJD a fait part de son rejet de l'installation de M. Bensalah au poste de Chef de l'Etat, l'estimant comme "un des symboles du système dont le peuple a demandé l'exclusion de la scène politique".

"La décision n'apaisera pas le mouvement populaire car elle est en contradiction avec la revendication du peuple à savoir le changement radical du système de gouvernance", a indiqué le communiqué du FJD, appelant le commandement de l'Armée à respecter ses engagements solennels concernant l'application des articles 07 et 08 de la Constitution dans le cadre d'un consensus avec les forces politiques et sociales ainsi que les représentants du mouvement populaire en vue de préserver la sécurité et la stabilité et de respecter la légitimité populaire".

Lire aussi: Les prérogatives du Chef de l'Etat définies par la Constitution

Pour sa part, le parti des Travailleurs (PT) a fait part , dans un communiqué, de sa conviction que "seule une assemblée constituante nationale souveraine composée de représentants réels mandatés par les différentes franges du peuple algérien et concrétisant son unité, est habilitée à définir la forme et la composante des institutions et du système démocratique qui garantissent l'ensemble des aspirations de la majorité écrasante à savoir, la démocratie et son volet politique, économique, social et culturel".

Le recours à l'article 102 de la Constitution pour remplacer le président de la République démissionnaire "a pour unique objectif de sauver le système en confisquant la volonté et la souveraineté du peuple", a poursuivi le communiqué du PT.

Le Front des forces socialistes (FFS) a exprimé, à son tour, son rejet catégorique de l'installation de M. Bensalah à la tête de l'Etat, qualifiant cette démarche de "désignation arrogante et affligeante".

Le FFS a dénoncé "encore une fois cette énième mascarade" et affirmé sa mobilisation aux côtés des Algériennes et Algériens afin de "continuer à exiger le changement radical du régime et de ses symboles".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.