10 Avril 2019

Congo-Kinshasa: La MONUSCO s'engage dans la résolution du conflit entre les communautés de Kamako

communiqué de presse

Kamako, le 9 avril 2019 - La section des Affaire civils de la MONUSCO à Kananga a organisé 3 jours de consultations à Kamako, dans le territoire de Tshikapa au Kasaï central, avec les autorités locales et des communautés en conflit.

Ces rencontres font suite à la situation de crise qui a prévalu depuis le 24 février 2019, lorsque des ex-miliciens Kamuina Nsapu se sont confrontés avec les FARDC sur place. Depuis, la cohabitation entre les communautés ethniques Luba/Lulua d'un côté et Tetela/Pende/Tshokwe de l'autre s'est fortement dégradée.

Selon certains participants à ces consultations, des cas de divorces au sein des couples mixtes ont été observées ainsi que de la méfiance entre les uns et les autres.

Pour remédier à cette situation qui peut déboucher sur des crises et des troubles graves, la MONUSCO accompagnée de l'Administrateur du territoire adjoint ont rencontré les différents acteurs de chaque communauté en conflit afin d'en recueillir les causes ; les effets ; les acteurs clés et leurs revendications ; les pistes de solution qu'ils envisagent pour mettre fin au conflit et leur volonté de participer oui ou non à un dialogue avec l'autre communauté.

En effet, le besoin de dialogue était réel, selon l'ATA « c'est un atelier qui cherche l'édification et la recherche de la Paix. Nous cherchons la paix, la réconciliation des peuples qui ne s'entendaient pas qui ne se parlaient pas qui ne mangeaient pas ensemble et la MONUSCO est là pour aider à cela. »

Ainsi, du 05 au 08 Avril 2019, dans la salle de l'église Bethel de Kamako, les communautés en conflit de Kamako ont été consultées et ces derniers ont donné de la lumière sur les questions qui les divisent et sur les voies de solutions envisagées.

A l'issue de ces rencontres, Muyamba Kankuku, l'ATA de Kamako a encouragé sa population à l'union et à la paix dans la suite de cette médiation tout en exprimant sa satisfaction. « On pense que les choses vont aller mieux prochainement. Les communautés selon leurs dires et les recommandations démontrent que ça va aller. Il y a un compromis positif » a-t-il dit.

Réagissant sur la suite à donner à ces consultations l'ATA a dit que « la suite sera d'être unis avoir la paix. » « Nous voudrions que Kamako soit comme auparavant qu'il n'y ait pas de division que ses gens s'entendent et vivent ensemble et forment une unité. C'est ça que nous voulons. » a-t-il ajouté.

Pour sa part Rosine Djoumessi, officière des affaires civiles de la MONUSCO à Kananga a dit que les recommandations faites par les participants à ces consultations feront l'objet d'analyse de la part de la MONUSCO qui reviendra pour entamer la médiation entre les deux groupes communautaires en conflit qui ont du reste, exprimer clairement à travers leurs recommandations, leur volonté de se parler pour trouver des solutions au conflit qui les divisent.

Congo-Kinshasa

Inquiétude au sujet de contrats attribués à l'homme d'affaires Jammal Samih

En République démocratique du Congo (RDC), le président Felix Tshisekedi a visité plusieurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.