10 Avril 2019

Mali: Barkhane s'en prend aux katibas du Gourma

La semaine dernière sur RFI, le commandant de la force Barkhane annonçait, l'extension des opérations dans la région du Gourma, dans la partie centrale du Mali.

Barkhane vient d'y conduire un opération d'envergure, impliquant près de 700 soldats français aux côtés des forces armées maliennes : l'opération conjointe « Tiésaba-Bourgou ». Notre envoyé spécial Olivier Fourt a participé à la mise en place de cette opération.

Le ratissage des forces françaises et maliennes aura duré une dizaine de jours, durant lesquels Barkhane s'est attaqué aux katibas des forêts de Foulsaré et de Serma, des zones connues pour accueillir les bases-arrières de terroristes dans la région.

Selon l'état-major des armées à Paris, plus d'une trentaine de membres de groupes armés terroristes (GAT) ont été mis hors de combat.

Barkhane n'a pas opéré en zone inconnue dans le Gourma. En 2016, en 2017, et encore en début d'année, l'armée française a déjà combattu dans cette vaste zone de savanes connue pour abriter des caches terroristes, mais cette fois-ci Barkhane a engagé massivement ses moyens.

Selon nos informations : 500 militaires sur le terrain, 200 en soutien... 150 véhicules partis de la base de Gossi, une dizaine d'hélicoptères de combat et de manoeuvres stationnés à Hombori pour les besoins de l'opération, trois Mirage 2000 basés à Niamey.

Objectif : aller chercher les terroristes qui s'abritent dans les épaisses forêts d'épineux de la région. L'opération s'est déroulée en deux temps et devait certainement viser les groupes des katibas de « Serma » et Ansaroul Islam actif dans le nord du Burkina Faso.

La manoeuvre a été retardée de près de 48 heures pour des raison météo. La nouvelle s'est propagée rapidement.

Dès le 30 mars, des informations commençaient à circuler concernant des frappes françaises dans la région. Dans la forêt de Foulsaré, le Groupe Tactique Désert 1 (GTD1) a envoyé ses commandos pour une reconnaissance complète avec l'appui de la compagnie malienne.

Des armes, des munitions, des explosifs ont été retrouvés, mais les jihadistes avaient quitté la zone avant l'arrivée de Barkhane.

C'est durant cette opération qu'un blindé (VAB) de Barkhane a sauté sur un engin explosif, entraînant la mort d'un capitaine d'une trentaine d'années, Marc Laycuras, une attaque revendiquée par Aqmi.

Dans la forêt de Serma, au sud de la localité de Boni, le 7 avril, cette fois-ci les forces françaises ont eu plus de succès : 4 frappes aériennes ont été réalisées et un hélicoptère Tigre, engagé en appui direct des commandos au sol.

Bilan : plus de 30 membres de groupes armés tués ou capturés, selon l'état-major français, là ou l'armée malienne annonçait pour sa part lundi dans un communiqué 15 terroristes neutralisés et 14 motos récupérés.

Les forces burkinabè, elles, avaient été déployées afin de faire barrage aux groupes terroristes et les « empêcher de s'exfiltrer vers la zone Sud de l'opération », assure l'état-major à Paris.

Selon nos informations, l'opération s'est déroulée sur une zone de 80 kilomètres sur 40. L'opération « Bourgou » ouvre la voie à d'autres opérations françaises dans la région, une partie des forces employées devant rester basées dans la région en prévision de nouvelles missions.

Mali

Mort de G. Dupont et C. Verlon - Les forces spéciales ont poursuivi les ravisseurs

Selon les informations de RFI, les forces spéciales françaises étaient présentes à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.