10 Avril 2019

Togo: Le génocide rwandais disséqué à Lomé

L'initiative était du Centre d'Information des Nations Unies (CINU) au Togo. Pour imprégner les journalistes togolais des causes et méfaits du génocide rwandais, il a rassemblé ces derniers au cours d'une séance ce mercredi dans ses locaux.

Ce fut l'occasion pour la responsable des lieux, Nadia Zibilila, de présenter à l'assistance le message du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'occasion du 25ème anniversaire de ce génocide perpétré contre les Tutis au Rwanda.

Des mots de SG de l'ONU, c'est au moment même où l'on s'active à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, que l'on voit "la xénophobie, le racisme et l'intolérance gagner dangereusement du terrain dans de nombreuses régions du monde.

La prolifération des discours de haine et des incitations à la violence est particulièrement préoccupante". M. Guterres trouve que " de tels comportements sont un affront à nos valeurs et une menace pour les droits de la personne, la stabilité sociale et la paix.

Il faut savoir reconnaitre, quand ils surviennent, les discours de haine et les incitations à la violence, s'y opposer et y couper court afin qu'ils ne conduisent pas aux crimes de haine et au génocide, comme ils ont pu le faire dans le passé".

Il interpelle dès lors tous "les dirigeants politiques, chefs religieux et représentants de la société civile, hommes et femmes, de dénoncer les discours haineux et la discrimination et de s'attaquer et remédier énergiquement aux maux qui, fondamentalement, nuisent à la cohésion sociale et créent un climat propice à la haine et à l'intolérance".

Pour un hommage encore plus juste aux victimes du génocide rwandais, qui a fait plus de 800.000 morts (en majorité des Tutsis mais aussi des Hutus modérés et autres opposants au génocide), Antonio Guterres ne trouve pas autre moyen que de construire ensemble, un avenir harmonieux pour toutes et tous, car, croit-il fermement que "si la capacité de faire le mal réside en chacune de nos sociétés, celles-ci sont capables de faire preuve de compréhension et de bonté, et d'instaurer la justice et la réconciliation".

Outre cette présentation, un débat autour du génocide rwandais, a suivi la projection du film "Hôtel Rwanda", co-animé par la responsable du CINU Togo et de Professeur Magloire Kuakuvi, pour permettre aux journalistes de mieux cerner les circonstances de ce drame du temps contemporain, et le rôle néfaste joué par des journalistes.

Ces derniers sont donc appelés au passage à se rendre compte de ce qu'ils sont responsables des messages qui passent dans leurs médias. "Sachons donc qu'ils peuvent être à l'origine de faits difficilement arrêtables", ont-ils rappelé.

Ils sont donc conviés à être des apôtres de messages de tolérance, d'humanisme et de non-violence.

Togo

Le beau-frère de Faure Gnassingbé, Marcel De Souza est mort

« Quand il pleut à Cotonou, Lomé est mouillée », ainsi pourrait-on paraphraser… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.