11 Avril 2019

Sénégal: PACASEN - L'apport financier de la BM et de l'AFD versé au Trésor public

Fatick — La Banque mondiale (BM) et l'Agence française de développement (AFD), partenaires financiers de l'Etat sénégalais dans la mise en œuvre du Programme d'appui aux communes et agglomérations du Sénégal (PACASEN), ont mis à la disposition du Trésor public leurs apports financiers pour le démarrage effectif du projet, a appris mercredi l'APS.

"La Banque mondiale (BM) et l'Agence française de développement (AFD), deux bailleurs du PACASEN partenaires de l'Etat du Sénégal ont mis leurs apports financiers au niveau du Trésor public sénégalais", a révélé Salim S. Rouhana, chargé de programmes à la BM.

"Nous avons mis les ressources qui nous engagent au niveau du trésor public sénégalais", a-t-il ajouté, en marge d'un atelier d'information et de partage des objectifs du PACASEN.

Il a précisé qu"'il ne reste plus qu'un effort procédural du gouvernement sénégalais pour que les ressources soient disponibles dans quelques semaines [pour les] communes bénéficiaires", a-t-il soutenu.

M. Rouhana a indiqué que l'apport de la Banque mondiale dans le cadre du PACASEN tourne autour de 55 milliards de francs CFA.

Conçu par l'Etat du Sénégal, ce programme est co-financé à hauteur de 130 milliards de francs CFA par la Banque mondiale (BM), l'Agence française de développement (AFD) pour 45 milliards de francs CFA et l'Etat du Sénégal, dont la contribution s'élève à 30 milliards de francs CFA.

Il va couvrir dans sa phase pilote 123 communes et villes dont six dans la région de Fatick : Dioffior, Fatick, Foundiougne, Passy, Sokone et Gossas.

Le secrétaire général de l'Agence de développement municipal (ADM), Mamadou Wade, a rappelé que" le PACASEN devrait normalement entrer en vigueur en fin juin 2018". Mais à cause des réformes entreprises, il le sera finalement en novembre 2018.

Il a expliqué que le retard noté dans le démarrage du PACASEN s'explique par "le fait qu'il fallait une réforme du Fonds d'équipements des collectivités locales (FECL) par une très grande concertation des élus". Il a confié que ce fut pas une affaire de tout repos.

"Pour l'entrée en vigueur de ce programme, une des modalités à satisfaire par le Gouvernement, c'est de réformer ce fonds, un réceptacle des financements du PACASEN, en quelque sorte le véhicule financier de ce programme", a-t-il encore expliqué.

Le programme était initialement prévu sur une durée de cinq ans, de 2018 jusqu'en 2023. Cependant, à cause du retard d'un an accusé dans le démarrage, les réalisations prévues en 2018 seront faites en 2019, a expliqué M. Wade.

Le séminaire d'information a enregistré la participation de toutes les parties prenantes à ce programme dont les partenaires techniques et financiers.

Sénégal

CAN Egypte 2019 - Nigeria-Tunisie ce mercredi pour la troisième place

Les Aigles de Carthage de la Tunisie affrontent les Super Eagles du Nigeria, ce mercredi 17 juillet, à 20 heures,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.