Gabon: Violence policière - Raymond Ndong Sima fait éviter le pire au PK8

Dans les réseaux sociaux, cette image de Raymond Ndong Sima devant des policiers a eu beaucoup de succès.

Témoin de la violence policière sur les élèves en colère mercredi 10 avril au quartier PK8 de Libreville, Raymond Ndong Sima, ancien premier ministre, pour éviter le pire, s'est senti obligé d'intervenir pour calmer les forces de l'ordre déchaînées. Plus tard, sur sa page Facebook, il a relaté les faits dans le texte ci-dessous.

Dérapages

Commis au maintien de l'ordre au pk7-8, la police a fait à plusieurs reprises usages d'abord de gaz lacrymogènes sans tenir compte de ce qu'il s'agissait d'une zone de marché avec des commerçants, des travailleurs d'autres corps de métiers, des voyageurs juste venus emprunter des bus pour aller à l'intérieur du pays et des élèves venus des établissements alentours. Tous, nous avons été gazé.

Par la suite et dans la bretelle qui monte derrière mes bâtiments où de nombreux élèves se sont repliés, la police les a poursuivis. Voulant sans doute se saisir de celui qui semblait haranguer les autres, ils se sont engagés au milieu des élèves lesquels, voyant qu'un des leurs était pris, se sont rués pour le récupérer. C'est pour se dégager à leur tour dans leur fuite que des policiers en civil ont fait usage de leurs armes de poing à plusieurs reprises. En effet, deux d'entre eux ont sorti et fait usage de leurs armes de poing et tiré certes en l'air mais clairement en direction des élèves.

Il s'agissait d'une manœuvre aussi inutile que risquée parce que susceptible de déraper sérieusement. En tirant tout en reculant, la direction de ces armes aurait pu être la tête ou le corps de l'un de ces élèves.

A-t-on besoin de ça dans le contexte actuel ?

Pour couvrir leur bavure, ils sont entrepris d'arracher les téléphones à ceux qui étaient témoins et filmaient la scène.

Si le maintien de l'ordre était réglementaire et se déroulait conformément aux prescriptions, pourquoi cacher le film des opérations qui devrait montrer le professionnalisme des intervenants ?

Quelle loi interdit de filmer les opérations de maintien de l'ordre et autorise des policiers à arracher les téléphones à des citoyens témoins ? Quand bien même elle existerait, elle serait de toute façon inconstitutionnelle. D'autant que la manifestation des élèves est légitime parce que visant deux décisions du gouvernement manifestement injustes et que cette manifestation se déroulait jusque-là dans une ambiance bon enfant sans casse et sans débordement.

De tels agissements ne sont pas acceptables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.