9 Avril 2019
Content from our Premium Partner

African Development Bank (Abidjan)

Le président de la Banque africaine de développement plaide avec force pour une hausse des investissements américains en Afrique

En marge des Réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI, le président de la Banque africaine de développement Akinwumi Adesina, qui intervenait dans le cadre d'un dialogue de haut niveau, a déclaré : « C'est le moment de renverser la tendance à la baisse des investissements des États-Unis en Afrique. Leader mondial du secteur privé, ce pays a un rôle essentiel à jouer pour accroître les investissements en Afrique et élargir les opportunités offertes au secteur privé américain. »

« Le moment est venu de développer et de tirer profit d'opportunités dans lesquels d'autres acteurs mondiaux investissent déjà », a soutenu Akinwumi Adesina, tout en reconnaissant que les États-Unis ont toujours soutenu l'Afrique.

Étaient présent dans l'assistance, Karen Bass, membre du Congrès américain qui préside le sous-comité des affaires étrangères pour l'Afrique, les droits de l'homme dans le monde et les organisations internationales de la Chambre des représentants ; Thomas R. Hardy, directeur par intérim de l'Agence des États-Unis pour le commerce et le développement ; des représentants du Centre pour le développement mondial, du Conseil consultatif présidentiel Doing Business in Africa (PAC-DBIA), de l'Institut juif américain des relations internationales, de fonds de pension et de sociétés de capital-investissement ; ainsi que des ambassadeurs africains.

« L'Afrique est en train de devenir le continent de l'avenir », a lancé la députée américaine Karen Bass, exposant le rôle de la Banque africaine de développement dans le financement des besoins de développement du continent. Avant de réitérer l'engagement des États-Unis à soutenir l'action de la Banque africaine de développement.

« Cette discussion survient à un moment crucial pour l'avenir de l'Afrique. Personne n'ignore que l'Afrique est un pôle pour les investissements. Nombre de mes collègues et moi-même continuerons de plaider en faveur d'un financement intégral ou accru de la Banque », a déclaré Karen Bass.

Exposant sa vision du rôle prédominant de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina a exhorté les entreprises américaines à s'impliquer davantage en Afrique : « Je vous encourage fortement à considérer l'Afrique sous le prisme de l'investissement et non sous celui du développement. L'Afrique est un continent qui offre d'immenses opportunités encore inexploitées dans l'énergie, les infrastructures, l'informatique et l'agriculture, ce dont beaucoup d'autres acteurs mondiaux sont déjà en train de prendre conscience. »

En réponse aux questions posées sur le nouvel Africa Investment Forum organisé par la Banque, Akinwumi Adesina a souligné que « ce tout premier rassemblement d'investisseurs de niveau international a dépassé toutes les attentes avec plus de 38,7 milliards de dollars de projets qui se sont assuré l'intérêt des investisseurs en soixante-douze heures seulement. »

La première édition de l'Africa Investment Forum a été organisé par la Banque africaine de développement en novembre 2018 à Johannesburg, en Afrique du Sud, en partenariat avec plusieurs institutions de financement du développement, dans le but d'aider le continent à combler son déficit croissant en infrastructures.

Akinwumi Adesina a également demandé d'appuyer l'Initiative pour la discrimination financière positive en faveur des femmes en Afrique (dite AFAWA par acronyme anglais), un moyen de modifier l'équilibre des prêts financiers, sachant que « ce sont les femmes qui dirigent l'Afrique ».

Dotée de 300 millions de dollars, AFAWA est un dispositif de partage des risques conçu pour débloquer 3 milliards de dollars qui serviront à octroyer des prêts octroyés aux sociétés et entreprises gérées par des femmes. La Banque africaine de développement a l'intention de mettre en place un système de notation pour évaluer les institutions financières en fonction de la part et de la qualité des prêts qu'elles accordent aux femmes et de leur impact socio-économique.

La rencontre du 9 avril était organisée par Orrick, un cabinet d'avocats international qui compte plus de vingt-cinq bureaux à travers le monde. Les activités d'Orrick portent sur la finance, l'énergie, les infrastructures et la technologie, des secteurs clés contribuant à l'accélération du développement économique de l'Afrique.

Dans ses conclusions, Karen Bass a reconnu que l'Afrique a besoin d'investissements dans des grands projets d'infrastructures - routes, voies ferrées, ports et autoroutes transnationales -, « afin de parvenir tant à une transformation structurelle, qu'à une intégration des marchés. »

Et d'indiquer que le Congrès américain continue de réfléchir aux meilleurs moyens de stimuler les investissements, en particulier sur le continent, et que son bureau étudie la législation pour faciliter les investissements dans les projets d'infrastructures.

Les cinq grandes priorités que sont les High 5 de la Banque africaine de développement - Éclairer l'Afrique et l'alimenter en énergie, Nourrir l'Afrique, Industrialiser l'Afrique, Intégrer l'Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique - s'inscrivent dans le droit fil des priorités en matière de politiques que s'est fixées le Congrès des États-Unis, a indiqué Karen Bass.

« J'espère vous avoir convaincus que les membres du Congrès américain sont vos alliés dans cet objectif », a-t-elle conclu.

Copyright © 2019 African Development Bank. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.