Togo: David Ourna Gnanta - "Ce refus traduit une volonté de rupture et un éveil face aux manipulations et intoxications..."

Il est de ces rares militants sans grande responsabilité au sein du bureau dirigeant du parti au pouvoir UNIR à prendre la parole quand le besoin s'est fait sentir au temps fort des manifestations de rue de l'opposition entre Août 2017 et Décembre 2018, pour appeler tous les acteurs à mettre la balle à terre et à en finir très rapidement avec cette crise politique en actant le minimum des réformes comme proposé par le gouvernement en attendant, pour engager le pays sur le chantier du développement.

Aujourd'hui, en tout cas, s'il est de ceux qui tirent le drap vers eux, il aurait pu célébrer le fait que les faits lui donnent aujourd'hui raison. Il n'y a pas eu de réformes jusqu'alors, les législatives ont été faites sans les partis qui ont pris la rue, les institutions de la République sont toujours en place...

Aujourd'hui encore, alors que des manifestations de rue sont annoncées par le PNP et certaines localités visées par ces manifestations réagissent négativement, David Ourna Gnanta, ancien membre du parti d'opposition, l'Alliance de Dahuku Péré, devenu depuis plusieurs années déjà membre du parti au pouvoir UNIR, a jugé utile de ressortir encore de son silence.

Commentant la réaction des chefs traditionnels de Kloto, ceux de l'Avé et aussi les populations de Togblékopé (inscrit comme point de chute dans le circuit de rechange que le ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi), M. Gnanta fait constater que "les populations togolaises dans leur majorité ont fini par prendre conscience de la nuisance que constituent les manifestations intempestives sur leur quotidien. Elles ont aussi identifié clairement cette catégorie d'acteurs politiques dont les actions sont loin de renforcer notre processus démocratique en pleine avancée et de contribuer à l'essor économique de notre chère patrie. Quand le rythme change, la danse doit suivre". Toujours de l'avis de cet acteur, "les années d'immobilisme et de politique politicienne sont derrière nous. Notre peuple a besoin des solutions durables aux problèmes sérieux de développement et non des insultes et invectives".

Et donc s'en défend-il, "le refus des manifestations, signalé sur toute l'étendue du territoire par les populations est tout à fait légitime. Ce refus traduit une volonté de rupture et un éveil face aux manipulations et intoxications qui n'ont pour seul but que de servir les intérêts des auteurs".

Il enfin utile de " réinscrire le patriotisme au centre de l'action politique tout en travaillant autour des valeurs".

Les initiateurs de cette marche du 13 Avril 2019 apprécieront.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.