Kenya: Restauration des pâturages - Une nouvelle priorité pour la prochaine décennie

communiqué de presse

Pour les Mongols, le mot « terres de parcours » (appelées aussi « terres pastorales » ou « pâturages » --belcheer) signifie également « patrie » -- nutag). Les terres pastorales ne sont pas seulement une source de nourriture pour le bétail, mais également un symbole de la valeur que les éleveurs et les habitants attachent à leur pays.

Cependant, les terres de parcours mongoles se trouvent dans une situation critique. Environ 57% d'entre elles se sont dégradés et 13% ont « dépassé le seuil du rétablissement », a déclaré Enkh-Amgalan Tseelei, expert en gestion de pâturages durables centrée sur la communauté en Mongolie, à l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement, le mois dernier à Nairobi au Kenya.

Les terres de pâturages mongoles font partie des rares prairies naturelles sur Terre. « Si rien n'est fait maintenant, nous sommes confrontés au danger de perdre ces magnifiques terres, menaçant ainsi les moyens de subsistance de milliers de familles de pasteurs nomades ».

La Mongolie, pays qui compte les plus grandes terres pastorales au monde, a joué un rôle de premier plan dans la promotion de l'Année internationale des parcours et du pastoralisme.

Tserenbat Namsrai, ministre mongol de l'Environnement et du Tourisme, a souligné l'importance de leur gestion durable basée sur la communauté et le rôle des groupes d'utilisateurs de pâturages, qui sont 1 450 en Mongolie. Un projet de « loi sur les pâturages » visant à garantir le droit des communautés de bergers à leurs terres de parcours traditionnelles et à leur donner les moyens d'agir en tant qu'utilisateurs et protecteurs des pâturages doit bientôt être soumis au Parlement mongol.

« Bien que les terres pastorales se trouvent depuis longtemps en marge de la plupart des processus et débats environnementaux, il existe maintenant une forte impulsion pour développer les connaissances qui seront nécessaires à leur inclusion », déclare Abdelkader Bensada, expert d'ONU Environnement sur les parcours naturel.

Combler le manque de connaissances

À cette fin, l'ONU Environnement et GRID-Arendal viennent de publier un rapport: Une affaire d'indifférence : manque de connaissances sur la durabilité du pastoralisme et des terres de parcours.

On suppose souvent que les données qui sont actuellement collectées sur l'agriculture, l'élevage et la foresterie sont suffisantes pour éclairer l'élaboration de politiques relatives aux systèmes d'élevage basés sur les parcours. Le rapport montre toutefois que les statistiques et les données actuelles ne sont pas suffisamment désagrégées pour saisir les différents besoins, circonstances et opportunités en matière de gestion durable des terres de parcours et des pâturages.

« Sans donner une valeur correcte aux terres de parcours, les gouvernements peuvent se précipiter vers des programmes de boisement au détriment de la biodiversité et du captage du carbone. La sous-évaluation des parcours (parfois appelés « parcours oubliés ») peut entraîner une perte de ressources pour étudier, protéger ou même surveiller les terres de parcours alors que le besoin de les comprendre augmente avec les changements climatiques », déclare M. Bensada.

Nos connaissances sur les terres de parcours présentent des lacunes importantes : Pablo Manzano, du Département d'écologie de l'Université autonome de Madrid, a souligné lors de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement de mars 2019 qu'il n'y avait pas eu de recensement adéquat des animaux et des éleveurs au Nigeria depuis 30 ans.

« Une bonne base de connaissances aidera les pays à élaborer des politiques et des programmes appropriés », a déclaré Musonda Mumba, expert d'ONU Environnement pour les écosystèmes terrestres.

Nouvelle résolution pour protéger et restaurer les pâturages

Une nouvelle résolution sur les pâturages et le pastoralisme a été adoptée en mars 2019. Pour la première fois, elle préconise la restauration des pâturages au même titre que celle d'autres écosystèmes, tels que les forêts.

Jonathan Davies, directeur des zones arides à l'Union internationale pour la conservation de la nature, a déclaré que les objectifs de développement durable stipulent clairement qu'il ne faut pas négliger les pâturages. Par exemple, le cadre scientifique adopté pour la cible 15.3 indique clairement que la neutralité de la dégradation des sols ne peut être atteinte dans certains biomes au détriment d'autres, par exemple dans les forêts aux dépens des terres de parcours.

La résolution a également appelé à :

Un soutien à une année internationale des pâturages et du pastoralisme

Des efforts mondiaux pour conserver et utiliser de manière durable les pâturages, en particulier dans le contexte de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030.

La nécessité urgente de procéder à une évaluation globale des pâturages et du pastoralisme

La résolution souligne que le pastoralisme est confronté à de nombreux défis : « dégradation des terres, perte de biodiversité, vulnérabilité aux changements climatiques, insécurité, faibles investissements, inégalités, faibles niveaux d'alphabétisation, infrastructures et accès aux marchés, exode des jeunes, migration ou abandon des parcours, et un accès limité aux services sociaux et de vulgarisation ».

Elle évoque également les préoccupations concernant « le faible niveau des efforts déployés aux niveaux national, régional et mondial et de mise en œuvre d'actions en faveur des pâturages et du pastoralisme durables ».

« Près de 500 millions de personnes sont des pasteurs et occupent jusqu'à 75% de la surface des sols », affirme Dana Kelly, présidente du Comité international de suivi des pâturages. « Les pasteurs sont des gardiens naturels de l'environnement... Pourtant, ils font toujours partie des peuples les plus marginalisés et les plus défavorisés. »

Dana Kelly faisait partie des 60 experts, ministres, ambassadeurs, donateurs, organisations telles que l'Institut international de recherche sur le bétail et des représentants d'institutions des Nations Unies participant à un événement sur les pâturages et le pastoralisme à l'Assemblée.

En août 2018, le Forum mondial sur les paysages, la plus grande plate-forme multipartite mondiale axée sur le savoir et axée sur le savoir pour l'utilisation intégrée des sols, avec un financement de base fourni par l'Allemagne, a propulsé les parcours dans l'agenda des paysages durables. La restauration des terres devrait également bénéficier d'un nouvel élan grâce à la récente annonce de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, 2021-2030.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.