Afrique: L'armée, éternelle arbitre des contestations populaires en Afrique

Soldats (Photo d'archives).

Le Soudan, l'Algérie, l'Egypte, le Zimbabwe ... La liste des pays africains, où l'armée s'impose en arbitre et dit défendre les intérêts des peuples, est longue. Or, elle finit parfois par prendre le pouvoir.

Au Soudan, l'armée est entrée en action en destituant le président Omar el-Béchir et en instituant un comité militaire qui va conduire le pays durant deux ans. C'est à peu près le même scénario en Algérie où le Général Gaid Salah prend les devants, même si officiellement ce n'est pas lui qui assure l'intérim de la présidence après la démission du Chef de l'Etat Abdelaziz Bouteflika.

Il faut rappeler qu'en Egypte, c'est à la faveur des troubles sociaux que l'actuel président Abdel Fatah Al Sissi, ex-chef de l'armée, est arrivé au pouvoir pour succéder à Hosni Moubarak et Mohammed Morsi. On peut aussi citer le cas du Zimbabwe, où l'armée a joué un rôle déterminant dans l'arrivée au pouvoir du président Emmerson Mnangagwa.

Et dans chaque cas, l'armée dit défendre les exigences du peuple.

Pour Arthur Banga, enseignant-chercheur à l'Université Félix Houphouet Boigny d'Abidjan, ces interférences de l'armée sont le fruit d'un dysfonctionnement institutionnel. Il rappelle aussi que les éléments qui composent l'armée sont aussi "dans le peuple. Ils entendent les revendications, qu'ils partagent parfois." Arthur Banga recommande par ailleurs "qu'il faut maintenir la pression sur l'armée pour que la démocratie voulue soit réellement appliquée."

Interrogé sur l'inaction de l'armée dans certains pays, l'expert pense que "les réalités sont différentes" et que dans des pays comme le Togo ou au Tchad, "l'opposition ou la société civile a du mal à entamer la révolte."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.