Congo-Kinshasa: Victoire de plus

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a organisé, le mercredi 10 avril, l'élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de certaines provinces de la République démocratique du Congo. Selon les résultats provisoires publiés par la Centrale électorale, le Front commun pour le Congo, FCC, a, une fois de plus, raflé la quasi-totalité de postes à la tête des provinces de la RDC. Une situation qui n'étonne personne. Surtout, quand on sait que, tout a été planifié à l'avance par les acteurs politiques de l'ancien régime.

Contrairement à l'Opposition qui est partie en ordre dispersé aux élections du 30 décembre 2018, la plate-forme électorale de Joseph Kabila s'était préparée pour avoir la majorité numérique aux législatives nationale et provinciale. Cela, sans compter les stratégies peaufinées pour se tailler la part du lion aux sénatoriales et gouvernorats de provinces. Les résultats provisoires des gouverneurs de provinces rendus publics hier mercredi 10 avril par la CENI renforcent la thèse de la corruption évoquée par bien des Congolais.

Quelle a été l'attitude du souverain primaire qui attendait un changement à la tête de gouvernorats de provinces ? Faut-il parler de l'alternance au niveau des entités provinciales ? Ces deux questions et tant d'autres valent la peine d'être posées. A part le Kasaï Oriental, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) n'a, jusque-là, qu'un seul gouverneur. Il en est de même des autres partis et regroupements politiques de l'Opposition. Illustration : la plate-forme de Martin Fayulu a, quant à elle, enregistré un seul gouverneur dans la province de la Mongala.

Pour ce qui est de la réaction de la population, seuls les membres du FCC sont satisfaits. Ce qui n'est pas le cas de ceux qui attendaient le changement. La déception est totale. C'est la désolation. Le souverain primaire regrette son choix porté sur les députés provinciaux qui, en lieu et place de l'intérêt général, ont privilégié leurs intérêts personnels.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.