12 Avril 2019

Cote d'Ivoire: Avant son inhumation le 12 avril prochain, Bernard Dadié est entré au Panthéon

"IIl a offert, à la Côte d'Ivoire, sa renommée internationale. Il part en homme fier pour avoir rempli sa mission. Il est notre fierté à tous. Le monde littéraire ivoirien, légitimement, souhaitait qu'il obtienne le Prix Nobel de la Littérature au regard de l'immense œuvre qu'il a produite.

Mais, le monde entier lui a décerné "le Prix Nobel de la reconnaissance" (... )» Ces propos, le vice-président de la République de Côte d'Ivoire, Daniel Kablan Duncan, les a tenus hier au palais de la Culture à Treichville. C'était à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de l'hommage national à Bernard Binlin Dadié rappelé à Dieu le 9 mars dernier à l'âge de 103 ans. Icône et père de la Littérature ivoirienne et africaine, Bernard Dadié, à la demande du président de la République, Alassane Ouattara, est honoré, à la dimension de sa renommée et de l'immensité de son œuvre afin qu'il entre au Panthéon. Car, l'auteur du célèbre roman "Climbié" est « l'homme de tous les continents », surtout que ses œuvres sont les plus enseignées et traduites à travers le monde.

Magnifier Dadié, c'est également une manière, pour les autorités ivoiriennes et le monde des Belles Lettres, d'ancrer celui qui a placé le travail, comme valeur, au centre de sa vie. Et Duncan ne s'est pas empêché de rappeler l'extrait de "Climbié" où l'oncle N'Dabian, parlant à son neveu (Climbié), lui rappelait : « Le travail, et après le travail, l'indépendance ... » Les autorités ivoiriennes veulent que Dadié reste ancré dans la mémoire collective Quant à Maurice Bandaman, ministre de la Culture et de la Francophonie, il a énuméré, avec fierté, les prix glanés par Dadié: "Grand prix littéraire d'Afrique Noire" (1965 et 1968) ; "Prix Unesco-Unam/ James Torrs Bodet" en sciences sociales (2016).

Aussi a-t-il corroboré que « grâce au père des lettres ivoiriennes, la Côte d'Ivoire compte parmi les plus grandes nations des lettres ». Le ministre de la Ville, François Albert Amichia, par ailleurs maire de Treichville, commune dans laquelle Dadié a fait éclore son art de dramaturge pour avoir fait, au centre culturel de la cité, sa première représentation théâtrale, a témoigné que « Dadié est le symbole du "Non !" et l'allégorie de l'humilité ». En tout cas, une belle fresque à la dimension de l'illustre disparu. Plus de trois heures durant, des représentants de l'Unesco, de l'Ambassade des Etats-Unis, de "la Fondation Bernard Dadié" et de plusieurs associations des arts et des lettres ont témoigné sur la vie et l'œuvre de Dadié. Outre le littéraire, Bernard Dadié a occupé plusieurs fonctions dont celle de chef de cabinet du ministre de l'Education nationale (1957- 1959), de directeur des Services de l'Information (1959-1961) ; de directeur des Beaux-arts (1962-1963).

L'auteur de "Monsieur Thôgô gnini" fut vice-président du Conseil exécutif de l'Unesco avant d'être nommé ministre de la Culture et de l'Information (1977-1986). La veille déjà, une marche aux flambeaux, en l'honneur de Dadié a eu lieu aux II Plateaux-Vallon à Cocody. Longue de 1,3 km, la procession a pris forme au premier carrefour après le feu de Paul (ExPaco, direction Ena), marquant l'entrée de la rue Bernard Dadié qui se prolonge jusqu'au Burida. Dans une ambiance de fête avec fanfare, chants, bougies allumées, ce rassemblement orchestré par l'écrivain et universitaire Josué Guébo était ponctué de déclamations de poèmes de Bernard Dadié par Josué Guébo, Chantal Safi, Claire Dadié et Elisabeth Logbo.

Cote d'Ivoire

Tournoi UFOA B-Dames - Le trophée pour le Nigeria

Pays organisateur du Tournoi UFOA B Dames, la Côte d'Ivoire affrontait le Nigeria en finale ce samedi au stade… Plus »

Copyright © 2019 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.