12 Avril 2019

Soudan: Michelle Bachelet exhorte les nouvelles autorités à protéger l'État de droit

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a rappelé aux autorités soudanaises vendredi leur devoir fondamental d'assurer la protection des droits humains de toutes les personnes et de s'abstenir de recourir à la violence.

« Nous suivons de près l'évolution de la situation et appelons les autorités à s'abstenir de recourir à la force contre des manifestants pacifiques », a déclaré Mme Bachelet dans un communiqué rendu public à Genève.

Des milliers de manifestants se sont réunis dans la nuit du jeudi à vendredi devant le ministère soudanais de la Défense pour réclamer l'instauration d'un gouvernement civil en dépit de l'instauration, d'un couvre-feu par l'armée dans la foulée de l'annonce jeudi de la chute du président Omar Hassan el Béchir.

Mme Bachelet a également souligné la nécessité d'enquêtes indépendantes, rapides et efficaces sur l'usage excessif de la force contre des manifestants depuis décembre dernier.

Les services de la Haut-Commissaire Bachelet entendent « veiller à ce que les forces de sécurité et les autorités judiciaires agissent en pleine conformité avec l'état de droit et les obligations internationales du Soudan en matière de droits humains ».

La crise au Soudan trouve ses racines dans les revendications des droits de l'homme -économiques, sociaux, civils et politiques. La solution doit donc être fondée sur les droits de l'homme.

Tout en appelant au calme, la cheffe des droits de l'homme de l'ONU invite les autorités à libérer toutes les personnes détenues pour avoir exercé leur droit de réunion et d'expression pacifiques. Interrogés sur le bilan des manifestations, les services de la Haut-Commissaire Bachelet notent qu'il y aurait entre « 40 et 70 morts depuis décembre dernier ».

« On parle également de centaines de manifestants détenus, mais ce sont des chiffres non confirmés et qui peuvent évoluer. Nous avons également reçu des informations selon lesquelles certains détenus politiques auraient été libérés. Nous n'avons pas encore pu confirmer ces informations, mais nous appelons les autorités à libérer tous les détenus politiques », a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat lors d'un point de presse ce vendredi à Genève.

La sortie de crise doit être « fondée sur les droits de l'homme »

« Il est encourageant de constater qu'il n'y a pas eu de violences du jour au lendemain alors même que le couvre-feu imposé n'avait pas été respecté par des manifestants pacifiques ; cela nous encourage », a ajouté Mme Shamdasani sur la « nuit sans violence observée hier jeudi ».

Dans le communiqué la Haut-Commissaire Bachelet a précisé que la crise au Soudan « trouve ses racines dans les revendications des droits de l'homme - droits économiques, sociaux, civils et politiques ». Pour elle, « la solution » au Soudan doit donc être « fondée sur les droits de l'homme ».

L'ancienne Présidente chilienne a ainsi appelé Khartoum à répondre aux demandes de la population. « Il faut un effort concerté, avec la participation significative de la société civile, pour résoudre ces griefs », a insisté Mme Bachelet.

« C'est un moment très critique et instable pour le Soudan et il existe une profonde incertitude et une appréhension concernant l'avenir », a déclaré Mme Bachelet.

Affaire al-Bashir : le Haut-Commissariat appelle le Soudan à coopérer pleinement avec la CPI

Elle a réaffirmé que le Bureau aux droits de l'homme des Nations Unies était prêt à renforcer son engagement avec le Soudan pour conseiller et aider l'État à s'acquitter pleinement de ses obligations en matière de droits de l'homme.

Par ailleurs, les services de Mme Bachelet ont appelé vendredi Khartoum à coopérer avec la Cour pénale internationale (CPI), qui a lancé un mandat d'arrêt à l'encontre du président déchu, Omar Hassan el Béchir, pour des présumés crimes de guerre il y a près de 15 ans.

« Nous encourageons les autorités soudanaises à coopérer pleinement avec la CPI. Le Conseil de sécurité a adopté une résolution datant de 2005 invitant le gouvernement soudanais à coopérer pleinement et à apporter son aide », a déclaré à la presse à Genève, Ravina Shamdasani.

M. Omar el-Béchir, qui dirigeait le Soudan depuis 30 ans, a été renversé jeudi par un coup d'Etat de l'armée, dans le sillage d'un soulèvement populaire, et remplacé par un "conseil militaire de transition" pour deux ans.

A noter que le Secrétaire général de l'ONU a réclamé hier jeudi que la transition au Soudan respecte les aspirations démocratiques des Soudanais. Antonio Guterres a réitéré « son appel au calme et à la plus grande retenue de tous ».

Il a également rappelé « ses encouragements et espoirs antérieurs selon lesquels les aspirations démocratiques du peuple soudanais se réaliseraient grâce à un processus de transition approprié et inclusif », a précisé le communiqué.

Soudan

BNP Paribas poursuivi aux États-Unis pour des exactions au Soudan

BNP Paribas n'en a pas fini avec la justice américaine ; la Banque française est rattrapée par le… Plus »

Copyright © 2019 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.