Cameroun: Mfoundi - Le Rdpc se bat pour sa survie

Une séance de travail présidée par Jean Nkueté, le 10 avril, crée des frustrations au sein de la base du parti.

Paul Biya a remporté sur le fil la bataille du Mfoundi lors de l'élection présidentielle du 07 octobre 2018 avec 50,95% des voix, contre 74,32% en 2011.

Ce recul considérable du candidat et non moins président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) dans le département siège des institutions est resté en travers de la gorge de l'élite locale du parti, qui, cinq mois après, en est encore à rechercher la recette pour ré-enchanter sa base militante de plus en plus en plus étriquée camer.be.

Le 10 avril, une séance de travail des sept sections du parti dans cette circonscription a eu lieu à Yaoundé, sous la présidence du secrétaire général du comité central, Jean Nkueté. Objectif, appeler à la remobilisation dans la perspective des législatives, municipales et régionales prévues cette année.

Ces échéances, déterminantes pour l'avenir du parti dans la capitale politique dans un contexte de nette percée de l'opposition, obligent le parti à rompre avec certains errements qui le travaillent depuis des décennies.

Or, la réunion de mercredi dernier, initialement annoncée comme stratégique, n'aura finalement été qu'un monologue de la hiérarchie. « La plupart des participants ont eu l'impression que la réunion avait été verrouillée.

Il y a eu des interventions comme prévu dans le programme, mais il n'y a pas eu d'échanges. C'est pourquoi beaucoup de personnes, qui voulaient prendre la parole, sont parties de là avec le sentiment que le débat avait été verrouillé.

Ça a laissé un arrière-goût amer. Les gens voulaient prendre la parole, pas pour des critiques inutiles, mais pour faire des propositions pratiques et opérationnelles.

Et puis, toute attitude tendant à ne pas donner la parole aux militants lors d'une réunion comme celle-là me semble tout à fait équivoque », regrette un cadre du Rdpc originaire du Mfoundi.

Un autre de renchérir : « beaucoup de participants ont eu le sentiment de participer à une séance de communication à sens unique, voire à une séance d'instruction.

Ce qui signifie que, en lieu et place de la discipline et de la participation prônées par le président national, certains se comportent comme si nous étions encore à l'époque de l'autoritarisme.

Nous nous attendions à un brainstorming, mais nous avons assisté à une communication à sens unique». Le site des camerounais de Belgique.

Depuis 2013, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), dont le candidat, Maurice Kamto, s'était classé deuxième derrière Paul Biya au dernier scrutin présidentiel, ratisse large et recrute massivement chez les indécis et certains frustrés du Rdpc.

Dans le Mfoundi, Maurice Kamto avait obtenu 31,19% de suffrages contre 11% pour Cabral Libii, candidat du parti Univers. La menace est donc réelle, et le Rdpc va devoir se battre pour sa survie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.