Centrafrique: L'accord de paix de Khartoum fragilisé par la chute d'el-Béchir?

Le Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix (à droite), et le Commissaire de l'Union africaine pour la paix et la sécurité, Smaïl Chergui (au centre), sont accueillis à leur arrivée à l'aéroport de Bangui, en RCA.

Le président Faustin-Archange Touadéra a assuré vendredi 12 avril sur l'antenne de RFI que l'accord de paix centrafricain signé à Khartoum en février dernier n'était pas remis en cause par la destitution d'Omar el-Bechir. Mais certains groupes armés ne l'entendent pas de cette oreille.

Pour l'Union africaine, la réponse est claire : c'est non. On rappelle que les garants de cet accord restent l'UA et la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), comme inscrit en préambule du texte signé à Khartoum.

Même son de cloche du côté des ministres centrafricains issus des groupes armés et qui doivent leur poste à cet accord.

Pour Dieudonné Ndomaté de l'aile Ngaïssona des anti-balakas, « l'Union africaine est là pour garantir le processus de paix ».

Souleymane Daouda, ministre de l'Élevage et membre de l'UPC lui estime que « les accords de Khartoum ont été signés entre Centrafricains et que cela ne concerne pas les Soudanais ».

Ce discours n'est pas totalement partagé. Un autre responsable de la Seleka, conseiller ministériel, estime que le président Touadéra est en position de faiblesse et qu'aujourd'hui, les groupes armés peuvent imposer ce qu'ils veulent.

Pour Abdoulaye Hissène, le chef militaire du FPRC, qui contrôle plus d'un tiers de la Centrafrique, Omar el-Béchir était le garant moral de cet accord. Et sa chute peut changer la donne.

Reste désormais à savoir si la remise en cause de ce texte sera à l'ordre du jour lors de la visite de Smaïl Chergui, le commissaire paix et sécurité de l'Union africaine, la semaine prochaine à Bangui.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.