Soudan: Abdel Fattah Abdelrahman, un chef du Conseil militaire plus consensuel

Le Lit-Gen Abdel Fattah El Burhan Abdel Rahman a

Moins de 24 heures après sa nomination à la tête du Conseil militaire de transition au Soudan, le général Ibn Auf a démissionné à la surprise générale vendredi soir 12 avril. Il a été remplacé par l'ancien chef d'état-major Abdel Fattah Abdelrahman Burhan. Une personnalité plus consensuelle.

Abdel Fattah Abdelrahman n'est pas connu du grand public. On entend seulement parler de lui en février dernier, quand Omar el-Béchir le nomme inspecteur général, c'est-à-dire numéro trois de l'armée.

On ne lui connaît aucune appartenance politique. Il n'est pas issu du parti au pouvoir. Même s'il a occupé des postes militaires importants, il n'est pas considéré comme un pilier du régime, alors que son prédécesseur Ahmed Ibn Auf l'était.

Jeudi, c'est son nom qui avait d'abord était cité pour prendre la tête du Conseil militaire de transition.

C'est lui qui devait lire le communiqué annonçant le départ d'Omar el-Béchir. Mais cela ne s'est pas fait, laissant deviner déjà des divisions au sein de la direction politico-militaire à Khartoum.

Ce sont ces divisions, qui ont conduit en partie Ahmed Ibn Auf à démissionner, moins de 24 heures après avoir été nommé.

Des divisions qui ont conduit le chef de la milice supplétive des forces de soutien rapide Mohamed Hamdan Daglo, alias Hemetti à démissionner vendredi matin.

L'opposition juge qu'Abdel Fattah Abdelrahman est un homme de dialogue capable de changement. Il s'est d'ailleurs rendu vendredi parmi les manifestants.

Il est respecté et entretient de bonnes relations avec les chefs des partis politiques. Il est aussi populaire au sein de l'armée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.