Cote d'Ivoire: Audience du vice-Président au Tchad - Voici les doléances de la communauté ivoirienne

Les Ivoiriens vivant au Tchad souhaitent établir les actes de naissance de leurs enfants dans les services consulaires ivoiriens au Tchad.

C'est l'une des principales doléances que ceux-ci ont présenté le 12 avril 2019, au vice-Président ivoirien, Daniel Kablan Duncan.

Selon le pasteur Léon Yao, porte-parole de la communauté ivoirienne au Tchad, ils sont aujourd'hui dans l'impossibilité de déclarer les naissances et d'établir des actes de naissance de leurs progénitures au niveau de l'Ambassade ivoirienne au Tchad.

En effet, selon le chargé d'affaires de l'Ambassade de Côte d'Ivoire au Tchad, M. Loukou Kouadio, ses services ne disposent pas pour le moment de registre permettant d'enregistrer des naissances.

Autres préoccupations posées par les Ivoiriens résidant au Tchad, la possibilité d'établir sur place des passeports ivoiriens, l'acquisition à coût réduit ou gratuitement la carte consulaire. Ainsi qu'une aide au retour en Côte d'Ivoire des personnes en difficultés.

Répondant aux doléances, le vice-Président, Daniel Kablan Duncan et le ministre Ally Coulibaly ont indiqué que ces questions seront analysées afin que des solutions soient proposées dans la mesure du possible.

Cependant, sur le point de la carte consulaire, M. Duncan a indiqué que la réduction du coût d'acquisition du document pour les personnes en difficultés est possible.

Selon le chargé d'affaires de l'Ambassade de Côte d'Ivoire au Tchad, Loukou Kouadio, 500 Ivoiriens sont inscrits dans les fichiers. Cependant, environ 200 personnes résident réellement au Tchad.

Le Tchad étant une route empruntée par les aventuriers vers l'Europe, beaucoup d'Ivoiriens transitent par ce pays. Certains se retrouvent totalement démunis et vivent dans des conditions très précaires.

Aujourd'hui, certains souhaitent retourner au pays, mais n'ont pas de moyens financiers pour le faire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.