15 Avril 2019

Ile Maurice: Khoudijah Maudarbocus-Boodoo - «Il est illégal de laisser les bateaux devant les bungalows»

interview

La Tourism Authority (TA) insiste : les bateaux des riverains ne peuvent pas être mis n'importe où dans le lagon. Si certaines plages sont privatisées, la mer, elle, relève du domaine public. Cette tendance de certains locataires de Pas géométriques de laisser leur embarcation devant leur campement, notamment comme c'est souvent le cas à Pointe-d'Esny, est illégale depuis 2012. La directrice de la TA fait le point.

À Pointe-d'Esny et ailleurs, des particuliers laissent leurs bateaux dans le lagon, devant les bungalows, mettant en danger les baigneurs. Cette pratique est-elle autorisée ?

Non, cette pratique n'est pas autorisée depuis 2012. Ceux qui avaient un permis avant 2012 pouvaient mouiller leurs bateaux en mer. Maintenant, ce sont les plaisanciers qui sont autorisés à le faire.

Recevez-vous des plaintes de baigneurs concernant la présence de bateaux dans le lagon ?

Les plaintes les plus courantes concernent la vitesse et la façon de naviguer des skippers qui ne correspondent pas aux règles de navigation. Le ministère met aussi en place les zones de baignade. La TA a également défini des zones d'embarcation en mer. La National Coast Guard (NCG) effectue des contrôles. La TA a commencé à organiser des Refresher Courses pour les skippers, en mettant l'accent sur la pratique de navigation et la sécurité en mer.

Combien de plaisanciers le pays compte-t-il ?

Il y a 44 points d'embarcation à travers l'île. Pour 1 223 plaisanciers. Il est à noter que 143 nouvelles applications ont été reçues au 17 janvier 2019.

Les plaisanciers qui opèrent illégalement, comment les identifier ?

Chaque plaisancier doit indiquer le point d'embarcation alloué à son bateau. Les bateaux qui embarquent des passagers hors de leurs bases d'embarcation enfreignent la loi. La TA compte une équipe d'officiers qui travaille de concert avec la NCG et la Police du tourisme pour identifier les opérateurs illégaux.

Le nombre de contraventions de janvier à mars 2019 concernant les points d'embarcation est de 53. Et sept permis ont été suspendus. En ce qui concerne la pénalité pour une contravention, l'amende est de Rs 10 000 et la suspension de permis varie entre un et trois mois. Cependant, la suspension est d'une durée de six mois pour une deuxième contravention.

À la suite de l'exercice de nettoyage du lagon auquel ont participé des ministres, comment la TA aidera-t-elle la cause ?

La TA compte une unité dédiée au nettoyage et à l'embellissement des sites touristiques. Des opérations conjointes avec la Beach Authority seront organisées pour le nettoyage des plages et des lagons en vue de sensibiliser les opérateurs et le public en général afin de garder nos plages et lagons propres.

Parlons des boîtes de nuit. Suite aux cas de violence, la TA renforcera-t-elle sa présence sur le terrain ?

La TA a prévu dans le prochain budget de recruter des officiers additionnels pour renforcer sa présence sur le terrain. Le contrôle est fait en collaboration avec la Police du tourisme, entre autres.

Quel est le projet phare de la TA pour 2019 ?

Il y a plusieurs projets en route, dont l'achat d'un deuxième bateau, Patrol craft ; l'étude pour l'installation des pontons flottants pour faciliter l'embarcation en mer ; l'application des pratiques durables dans le cadre du projet «SUS-ISLAND» ; et la révision des critères pour l'octroi des licences afin d'être conformes aux normes internationales.

Ile Maurice

Rodrigues - MK ne peut toujours pas voyager la nuit

Air Mauritius ne peut toujours pas opérer des vols entre 18 h 30 et le lever du jour sur la ligne Maurice -… Plus »

Copyright © 2019 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.