Congo-Kinshasa: EPSP-FPMA - Un terrain d'entente trouvé sur l'organisation des examens d'Etat

Le drapeau blanc a été levé, c'est le retour aux us et coutumes. Il n'y a plus de doute là-dessus, c'est le Ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnelle (EPSP) qui sera aux commandes de l'organisation des épreuves d'examens d'Etat pour l'exercice 2018-2019.

Tel a été la décision émanant de la réunion de concertation entre les Ministres de l'EPSP, Emery Okundji Ndjovu, et de la FPMA, Pierrot Uweka Ukaba. Convoquée lundi 8 avril 2019 par le Cabinet du Chef de l'Etat, ledit accord a fixé les experts ainsi que les deux gestionnaires des ministères connexes sur l'impérativité d'une organisation calme, paisible, dans les meilleures conditions et sans aucune tractation des épreuves d'Examens d'Etat.

La rencontre des discussions entre ses deux têtes d'affiches au sein des Institutions dont ils sont responsables, sous la tutelle de la Présidence de la République, a été sanctionnée par un communiqué conjoint sur la question des épreuves finales afférant à l'Examen d'Etat. A la suite de ce communiqué, la confusion a été levée. Car, l'organisation effective, sérieuse, autonome, inclusive et diversifiée des épreuves qui marquent la fin des études secondaires, a été de nouveau confiée au Ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnelle.

Les épreuves préliminaires et définitives, tant pratiques que théoriques, de la 53ème édition des examens d'Etat, soit l'exercice 2018-2019, courraient les risques de chavirer, à la suite de certaines difficultés liées notamment, à la crédibilité du processus, l'authenticité et la qualité d'un diplôme d'Etat délivré par deux ministères, ayant travaillé dans des guerres froides ou perceptibles tout au long du programme.

Toutefois, le communiqué qui a permis d'initier le cessez-le-feu s'utilisera comme feuille de route pour guider et réguler les actions des uns et des autres. Il martèle, cependant, sur trois points principaux. Primo, il s'agit de l'organisation d'un seul Examen d'Etat en République Démocratique du Congo, et au même moment, sous la supervision du Ministère de l'EPSP.

Secundo, le communiqué stipule la création d'une commission mixte EPSP-FPMA chargée d'élaborer les passerelles de fonctionnalité de quatre domaines de collaboration identifiés dans l'ordonnance fixant les attributions des ministères. Tertio, on a parlé de la participation des membres de la commission mixte EPSP-FPMA à la supervision des évaluations certificatives de 2019. C'est sur cet accord de deux parties prenantes que ses conclusions ont été tirées. Ce, en vue de préserver le domaine de l'éducation et de l'enseignement de plusieurs fléaux et de ne pas déstabiliser les parents et élèves déjà dans le bain de préparation. Et, enfin, pour ne pas décrédibiliser le diplôme d'Etat ou les produits de l'exercice 2018-2019.

In fine, le mal a été arrêté à temps. Il reste aux responsables des Institutions, aux parents ainsi qu'aux élèves de se préparer conséquemment pour être satisfaits des résultats.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.