Afrique: Esclavage des enfants - Un phénomène qui perdure dans les pays pauvres

Environ 400 millions d'enfants de 4 à 14 ans dans le monde sont victimes d'esclavage ou de travail forcé sous diverses formes, selon l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

Outre les guerres, beaucoup moins connues dans l'environnement local de la Grande île, le mariage forcé, les travaux agricoles, les maltraitances ainsi que l'esclavage sexuel, sont les aspects sous lesquels se présente aujourd'hui l'esclavage d'enfants, beaucoup plus fréquents à Madagascar. A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'esclavage des enfants, le 16 avril, la sonnette d'alarme est à nouveau tirée un peu partout dans le monde. Un peu moins à Madagascar à cette occasion.

En 2017, environ 152 millions d'enfants sont contraints de travailler, selon l'OIT. Selon les dernières données disponibles, on estime que près de 30% des enfants victimes d'esclavage se trouvent sur le continent africain, dont fait partie Madagascar. Difficile, pourtant, de disposer de chiffres fiables et à jour concernant de fléau. La pratique de l'exploitation sexuelle dans certaines parties du pays, n'est pas pour améliorer la situation. De nombreuses organisations non gouvernementales et autres associations sont fortement impliquées à Madagascar dans la lutte contre toutes les autres formes de travail forcé des enfants, et tentent de sortir des enfants du milieu du travail, forcé ou non.

Considérés comme une main d'œuvre quasi-gratuite, les enfants sont réduits à l'état d'esclaves dans de nombreux pays pauvres, et des cas, bien que beaucoup plus rares, ont été signalés dans certains pays industrialisés. En dépit de l'existence de lois interdisant de telles pratiques condamnables, l'amélioration de la situation des enfants victimes d'esclavage tarde à s'améliorer de manière satisfaisante dans les pays à faible revenu.

Rappelons que la journée du 16 avril a été consacrée journée mondiale de lutte contre l'esclavage des enfants depuis 1995, après le décès d'un jeune pakistanais de 12 ans qui avait étalé au grand jour les sévices qu'il avait subis depuis l'âge de quatre ans après que son père l'ait vendu pour rembourser une dette.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.