Seychelles: Le pays envisage d'adopter une nouvelle loi pour protéger les terres agricoles afin de renforcer la sécurité alimentaire

Les Seychelles envisagent de mettre en place une loi qui empêchera l'utilisation des terres agricoles pour d'autres types de développement, a déclaré un haut responsable du gouvernement la semaine dernière.

Un atelier sur l'évaluation des terres agricoles a été organisé par le Ministère de l'agriculture et de la pêche avec le soutien de la FAO. Antoine-Marie Moustache, secrétaire principal pour l'agriculture, a déclaré que des analyses vont être effectuées dans le cadre desquelles une évaluation approfondie de toutes les terres agricoles sera réalisée. L'évaluation visera à déterminer l'état des terrains, leur emplacement et si ils sont utilisés à des fins agricoles.

«Au cours des années 1980 et 1990, le pays a perdu environ 25 000 hectares de terres agricoles au profit d'autres secteurs. Certaines de ces parcelles n'ont pas été aménagées ou ont été converties en zones résidentielles. Si nous ne faisons pas le point sur la situation maintenant et ne mettons pas un terme à cela, nous allons perdre lentement ce qui reste pour l'agriculture », a déclaré M. Moustache.

Selon le Plan national d'investissement agricole des Seychelles 2015-2020, 500 hectares de terres sont utilisées pour l'agriculture. L'État possède 300 hectares et les 200 autres appartiennent à des privés. Les terres appartenant à l'état sont louées à des particuliers pour des périodes déterminées et la durée minimale du bail est de dix ans.

Lors d'une visite officielle il y a deux ans, un représentant de la FAO, Patrice Talla, a déclaré que le potentiel de l'agriculture aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, existe toujours malgré les défis auxquels le pays insulaire est confronté.

«Beaucoup de ressources consacrées à l'importation pourraient être investies dans les produits locaux. L'agriculture étant un secteur important pour les Seychelles, il est toujours primordial de discuter de ce que nous pouvons faire pour améliorer ce secteur et contribuer davantage à la sécurité alimentaire pour la nutrition dans le pays », a déclaré M. Talla.

Le représentant de la FAO, Patrice Talla, a déclaré que le potentiel de l'agriculture aux Seychelles existe toujours malgré les défis. (Seychelles Nation) Photo License: CC-BY

Il a ajouté que les importations de produits alimentaires des Seychelles avaient augmenté et représentaient 70% de la consommation nationale totale.

M. Moustache a déclaré à la SNA que ce statu quo pouvait placer les Seychelles dans une position vulnérable s'il existait un désastre mondiale.

«Si jamais un incident empêchait des navires et des bateaux d'arriver sur nos côtes, vous pouvez imaginer ce que cela signifierait pour notre pays. Nous devons nous assurer que nous avons la sécurité alimentaire à tout moment et nous devons disposer d'une quantité importante de terres pour toute éventualité », a déclaré le secrétaire principal.

L'atelier intervient à un moment opportun, alors que les Seychelles revoient leur plan national d'investissement agricole.

«Deux points mis en évidence dans le plan sont l'absence de protection légale des terres agricoles, ce qui les rend vulnérables aux modifications d'utilisation et le système de surveillance des terres, ce qui entraîne une mauvaise gestion et utilisation des terres», a déclaré M. Moustache.

Au cours des prochains mois, une série de consultations avec tous les ministères concernés et d'autres parties prenantes sur le plan d'utilisation des terres des Seychelles et sur la mise en place d'un système de valorisation des terres auront lieu.

«Nous devons décider quelle portion de terre devrait être réservée à l'agriculture et nous devons protéger ces terres par une loi. Une fois la loi en vigueur, personne ne sera autorisé à utiliser ces terres à des fins autres que l'agriculture », a conclu M. Moustache.

L'évaluation des terres agricoles destinée à soutenir la gestion durable des ressources en terres fait l'objet d'une assistance technique d'une valeur de 165 000 USD de la part de la FAO, en vertu d'un accord signé en août 2018. Le projet se déroulera sur une année.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.