Congo-Kinshasa: Entre les murs...

A tout dire, il faudrait obligatoirement un appariement politique en République Démocratique du Congo entre les principales logiques politiques pour tenter de sauver les meubles, sommés par la crise politique qui s'envenime tous les jours. Malgré le fait qu'ils sont obligés de travailler ensemble durant cette mandature, pour le moment, il y a tout de même des étincelles en l'air...

Chacun son camp, chacun sa vision. Ils ont beau avoir les mêmes tactiques et tournures politiques, mais leurs plans de jeu restent assez parallèles. L'un soutient au quotidien la logique de la souveraineté ou le repli sur soi, l'autre s'appui sur la diplomatie ou l'ouverture extérieure. Les anciens et actuels détenteurs du pouvoir avancent donc sur des bases disparates alors qu'ils entrevoient de former un bloc solide pour gouverner le pays, les cinq prochaines années. Des années, en effet, dont Félix Tshisekedi a déjà commencé à consommer les bouts, assis fragilement sur des grosses promesses faites à l'endroit du peuple congolais et pour lesquelles le flair des concrétisations fait mouche.

Comme l'ont déclaré plusieurs congolais à la suite de la proclamation des résultats des dernières élections législatives nationales et provinciales, le FCC est un partenaire un peu trop «gourmand» qui, au-delà de la main lui tendue, arrache le bras tout entier, sous le fallacieux prétexte de la démocratie. La soif de gouverner et le ressentiment de paraître au quotidien sur la place publique démangent, à tout dire, les défenseurs du précédent régime.

Face à cela, celui qui a prêté serment, la main sur la Constitution de la République, le 24 janvier dernier a du mal à écarquiller ses ailes correctement et de manière décontractée. Entre ceux dont on accuse la gouvernance d'avoir été beaucoup plus au service personnel que communautaire et ceux qui s'agitent encore dans la peau des conquérants alors qu'ils ne le sont plus, le mariage est sans témoin. Entre la corruption, la megestion et l'absolutisme qui ont caractérisé le pourvoir sortant et «sorti», et la volonté de changer les choses sous le poids de l'inconscience et de l'ignorance dans l'exercice de la gestion du pays, une véritable collaboration s'impose.

Mais, comment cogérer une si grande République dans un esprit commun par des personnes toutes agrippées à leur idéaux ? Encore que les anciens ne veulent pas lâcher entièrement les commandes surtout par peur de représailles et que les nouveaux souhaitent tout avoir comme dans un royaume familial. C'est bien bon de se regarder droit dans les yeux, non par preuve d'amour mais de méfiance mutuelle. Mais, il faudra, avant qu'il ne soit trop tard, se réveiller, sortir des propos de gouvernance personnalisés et se projeter dans une même direction pour espérer dans un futur proche, parvenir à des résultats positifs d'une alliance réussie. Pour l'instant, ils s'observent et se surveillent en permanence. Ils sont tous entre les murs...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.