Sénégal: UGB - Plainte du recteur, à la suite des actes de vandalisme

Le recteur de l'université Gaston Berger de Saint-Louis, le professeur Ousmane Thiaré, a déposé hier, lundi 15 avril, une plainte devant le Procureur de Saint-Louis.

Selon certaines sources, il s'agit d'une dizaine d'étudiants pour la plupart membres de la Coordination des étudiants de Saint-Louis. Ces derniers devront répondre doublement : pénalement devant un processus judiciaire enclenché et pédagogiquement devant le conseil de discipline.

Même s'ils jouissent pour le moment d'une présomption d'innocence, les étudiants « responsables » du saccage du bureau du Recteur pour y avoir déversé des eaux usées et pour avoir proféré des menaces de mort et des injures à l'encontre de ce dernier, risquent gros. Leur avenir dans l'espace universitaire est désormais en jeu.

En effet, le Recteur le professeur Ousmane Thiaré, a déposé hier, lundi 15 avril, une plainte auprès du Procureur de la République pour les agressions subies et les menaces proférées contre sa personne et des dégradations commises sur les biens de l'université.

Comme recommandé par l'assemblée de l'université, le Recteur enclenche ainsi une procédure judiciaire contre les étudiants supposés fautifs.

Dans sa déposition, le professeur Thiaré a mis sur fond de dossier des indices comme des messages sur WatsApp, des appels téléphoniques ou autres images des étudiants « incriminés ».

Selon nos sources, la plainte concerne une dizaine d'étudiants qui, pour la plupart, sont membres de la Coordination des étudiants de Saint-Louis (Cesl).

En attendant que la procédure judiciaire soit enclenchée par le Procureur, le Recteur compte aussi suivre à la lettre, selon une source, cette demande de l'Assemblée de l'université (Au), instance souveraine, de traduire devant le Conseil de discipline les étudiants identifiés et tous les membres de la Coordination des étudiants qui ont dirigé le mouvement.

Par conséquent, les étudiants supposés responsables sont appelés à répondre doublement : pénalement devant un processus judiciaire enclenché et pédagogiquement devant le conseil de discipline.

L'Au avait aussi instruit en quelque sorte la suspension de la coordination des étudiants et de ne plus avoir comme interlocuteurs les étudiants se réclamant de la Cesl.

Le Saes en débarayage, aujourd'hui

Si l'Intersyndicale du personnel administratif, technique et de service (Pats) avait observé une grève de 24 heures hier, lundi, non renouvelable, il n'en demeure pas moins que le Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (Saes) va observer aujourd'hui, mardi 16 avril, un débrayage, suivi d'une assemblée générale.

La section Saes devra ainsi se prononcer encore sur la situation après une grève de 72 heures de suspension des activités pédagogiques et administratives.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.