Mozambique: Cyclone Idai - 1,6 million d'enfants ont besoin d'assistance

Un mois après l'ouragan qui a ravagé des régions du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe, l'Unicef a déclaré, le 15 avril, que plus d'un million d'enfants vulnérables doivent être assistés d'urgence en matière de santé, de nutrition, de protection, d'éducation, d'eau et d'assainissement.

« Toute interruption prolongée de l'accès aux services essentiels pourrait entraîner des épidémies et des pics de malnutrition, auxquels les enfants sont particulièrement vulnérables », a averti le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), dans un communiqué.

Les besoins humanitaires restent énormes, selon l'agence onusienne. Au Mozambique, un million d'enfants ont besoin d'aide, plus de quatre cent quarante-trois mille au Malawi et cent trente mille au Zimbabwe. « Le chemin de relèvement sera long. Il est impératif que les partenaires humanitaires soient présents à chaque étape du processus. Nous devons aider les enfants et les familles à survivre et à se remettre sur pied », a affirmé la directrice exécutive de l'Unicef, Henrietta Fore.

Depuis le passage du cyclone, le Mozambique a déjà enregistré quatre mille six cents cas de choléra et quelque sept mille cinq cents cas de paludisme, a signalé l'agence onusienne.

L'accès aux services pour plus de cent trente mille enfants qui sont toujours déplacés à la suite du cyclone préoccupe particulièrement l'Unicef. La plupart d'entre eux se trouvent au Mozambique et au Malawi. Rien qu'au Mozambique, plus de deux cent mille maisons ont été détruites par la tempête. « Les enfants qui vivent dans des abris surpeuplés ou loin de chez eux risquent d'être malades, exploités et maltraités », a prévenu Henrietta Fore, qui a visité Beira immédiatement après le passage de l'ouragan.

Dans les trois pays, les eaux de crue ont largement reculé et certaines familles touchées ont commencé à rentrer chez elles. Pourtant, des milliers de personnes restent dans des camps d'évacuation parce que leurs maisons ont été endommagées ou détruites.

Pour l'heure, l'Unicef et ses partenaires continuent de répondre aux besoins humanitaires urgents des enfants et des familles.

En Mozambique, l'agence a notamment fourni des vaccins pour vacciner avec succès neuf cent mille personnes contre le choléra, a commencé à distribuer cinq cent mille moustiquaires pour protéger les enfants du paludisme et a aidé à rétablir l'approvisionnement en eau de cinq cent mille personnes dans la ville de Beira.

Dans les semaines à venir, des campagnes de vaccination contre la rougeole prendront le relai. L'Unicef appuie également la création de plusieurs dispensaires dans les zones de réinstallation.

Depuis que le cyclone a frappé le Malawi, l'agence onusienne a fourni de l'eau potable à plus de cinquante-trois mille personnes et des toilettes à plus de cinquante et un mille autres.

Au Zimbabwe, le Fonds a fourni des informations essentielles à plus de soixante mille personnes pour prévenir les maladies d'origine hydrique et lancé une campagne de vaccination contre le choléra, en partenariat avec les autorités zimbabwéennes et l'Organisation mondiale de la santé, pour protéger plus de quatre cent quatre-vingt mille personnes.

A ce jour, l'Unicef a lancé un appel de cent vingt-deux millions de dollars pour soutenir son action humanitaire en faveur des enfants et des familles touchés par la tempête dévastatrice et ses conséquences, au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi au cours des neuf prochains mois.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.