Cote d'Ivoire: Ivanka Trump - "La Côte d'Ivoire est un allié important pour les États-Unis"

Ivanka Trump avec des femmes cultivatrices
interview

La conseillère spéciale du Président des Etats-Unis arrive, aujourd'hui, à Abidjan, où elle prendra part au sommet de la finance économique des femmes. Dans cette interview, elle se prononce sur cet important rendez-vous, mais aussi sur des questions relatives au développement du continent africain.

Vous participez au sommet de la finance économique des femmes (We-Fi). Qu'est-ce qui vous a motivé à soutenir cette initiative ?

Je suis honorée de participer au tout premier sommet régional We-Fi, les États-Unis étant l'un des membres fondateurs de la première initiative du genre. Ce sommet mettra en avant le travail important que We-Fi accomplit dans la région et stimulera un dialogue critique sur l'autonomisation économique des femmes et sur ce que nous pouvons faire de plus.

Les femmes ont-elles du mal à trouver des fonds pour leurs projets ?

Oui, les femmes sont confrontées à un déficit de crédit de 1,5 milliard de dollars dans le monde et nous savons qu'investir dans leur autonomisation économique pourrait ajouter 12 000 milliards de dollars au Pib mondial d'ici 2025 - les gouvernements, les Ong et le secteur privé intensifient leurs efforts parce qu'ils voient l'intérêt d'investir dans les femmes. Il ne s'agit pas seulement d'un problème de justice sociale, mais également d'une bonne politique d'investissement et de développement.

Quel soutien allez-vous apporter à l'autonomisation des femmes ?

Forts du succès de la We-Fi, les États-Unis ont lancé l'Initiative de développement mondial et de prospérité pour les femmes (W-GDP) plus tôt, cette année. W-GDP vise à rendre autonomes 50 millions de femmes d'ici 2025. Nous savons qu'en devenant autonomes, les femmes réinvestissent dans leurs familles et leurs communautés, créant ainsi des sociétés plus pacifiques et plus prospères grâce à leur impact. Les États-Unis sont profondément attachés à cette question et je suis personnellement ravie de parler davantage de W-GDP et de constater de visu le travail accompli par nos partenaires africains pour s'attaquer à certains des obstacles qui limitent la liberté des femmes de participer au marché local et mondial.

Vous avez visité l'Éthiopie avant la Côte d'Ivoire. Pourquoi êtes-vous allé là-bas ?

L'Éthiopie, à l'instar de la Côte d'Ivoire, est un pays où les femmes conduisent à un réel progrès économique. Il était important pour moi que je visite plusieurs régions du continent pour mieux comprendre leurs expériences. Ces deux pays offrent des fenêtres uniques pour le faire. Lors de mon séjour en Éthiopie, j'ai eu l'occasion de construire des relations et des partenariats sérieux, ainsi que le privilège de lancer 2X Africa, une nouvelle initiative appuyée par le gouvernement américain afin de mobiliser un milliard de dollars pour les femmes sur le continent. J'espère que cette visite en Côte d'Ivoire sera également l'occasion de faire avancer une série de questions d'intérêt commun, notamment la croissance économique, l'Etat de droit et la participation accrue des femmes à l'économie. J'ai hâte de lancer de nouvelles initiatives durant mon séjour ici.

Pourquoi avez-vous décidé maintenant de visiter l'Afrique?

Je visite l'Afrique maintenant pour apprendre directement des femmes entrepreneures et des autres, afin de m'assurer que la récente initiative W-GDP adopte une approche intelligente de l'aide au développement international. Mes efforts s'appuieront également sur la stratégie pour l'Afrique du Président Trump qui vise à concentrer nos efforts sur le continent et à faire progresser les liens commerciaux et économiques entre les États-Unis et l'Afrique. Les femmes jouent un rôle fondamental dans les intérêts de sécurité nationaux et économiques. Au cours de ma visite, je vais chercher à en apprendre davantage sur ces efforts visant à améliorer l'efficacité du gouvernement américain et à encourager les partenaires à se joindre à nous.

Que pensez-vous de ce continent ?

C'est une période passionnante pour visiter le continent qui est devenu un centre d'intérêt mondial. Ce qui se passera en Afrique, au cours des prochaines années, aura de profondes répercussions sur l'économie, la sécurité et la stabilité du monde. Il y a tant de progrès en cours et un potentiel énorme qui est prêt à être exploité. Il est donc essentiel que l'autonomisation économique des femmes soit au centre des discussions.

Comment l'Afrique peut-elle parvenir au développement ?

La Côte d'Ivoire et l'Éthiopie sont des exemples clairs du rôle crucial que jouent les dirigeants dans le développement de l'Afrique. Le Président Alassane Ouattara a mené la Côte d'Ivoire, après des années de conflit civil et de troubles économiques, à une croissance économique toujours élevée. En Éthiopie, le Premier ministre Abiy Ahmed a entrepris des réformes démocratiques sans précédent et nommé un gouvernement composé à 50% de femmes. Et, pour la première fois, on a à la tête du pays, une femme Présidente de la République, Sahle-Work Zewde. En se concentrant sur l'autonomisation des femmes sur le marché du travail, en catalysant les partenariats avec le secteur privé et en gouvernant efficacement, ils ont chacun conduit leur pays vers un avenir meilleur et ont établi un modèle pour les autres de la région.

Vous arrivez en Côte d'Ivoire mardi. Que saviez-vous de ce pays avant cette visite?

J'ai beaucoup entendu parler de l'industrie du cacao et du rôle que les femmes jouent dans la croissance de ces exportations. Je suis ravie de faire l'expérience du processus de cacao. J'ai aussi hâte de connaître les autres moteurs de l'économie locale et leurs influences sur la région.

Comment voyez-vous le processus de développement du pays?

Une véritable sécurité et une stabilité mondiales ne peuvent être réalisées que lorsque les hommes et les femmes sont en mesure de faire progresser leurs économies. Je salue l'engagement pris par le Président Ouattara de passer 20 indicateurs sur 20 au tableau de bord du MCC d'ici 2020, y compris le score du pays pour l'indicateur de parité de genre dans l'économie. Les indicateurs de développement et d'égalité des sexes de la Côte d'Ivoire peuvent encore être améliorés. Il est important que le gouvernement et les partenaires extérieurs, y compris le secteur privé, fixent des objectifs significatifs et hiérarchisent les progrès réalisés sur ces questions.

Peut-on s'attendre à une visite du président Trump en Côte d'Ivoire ? Qu'est-ce qui motiverait cette décision ?

J'espère que le Président Trump pourra se rendre en Côte d'Ivoire. La Côte d'Ivoire est un allié important pour les États-Unis et nous attendons de poursuivre un engagement étroit sur diverses questions communes. Nous remercions le Président Ouattara d'avoir accueilli le sommet et donné un exemple aussi fort à la région et au continent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.