16 Avril 2019

Sénégal: Abdoulaye Diop décline ses ambitions au ministère de la communication - « Consolider les acquis » et « ouvrir de nouveaux chantiers »

Un peu plus d'une semaine après la nomination des membres du premier gouvernement du second quinquennat du président Macky Sall, c'est le temps des prises de fonction. Ainsi, Abdoulaye Bibi Baldé a passé le témoin à Abdoulaye Diop, son remplaçant au ministère de la Communication. Le nouveau patron de ce département cumulé avec celui de la Culture s'engage à consolider les acquis et relever de nouveaux défis.

Partant de «la Lettre de mission que le chef de l'Etat a bien voulu me confier, je m'inscrirai dans la continuité pour consolider les acquis et parachever les chantiers ouverts par mon prédécesseur et ouvrir d'autres chantiers dans le sillage du Programme d'actions prioritaires (PAP)» du Plan Sénégal émergent (PSE).

C'est Abdoulaye Diop, le nouveau ministre de la Culture et de la Communication qui décline ainsi sa feuille de route à la tête de ce département.

Selon l'APS, s'exprimant hier, lundi 15 avril 2019, lors de la passation de service avec son prédécesseur Abdoulaye Bibi Baldé, ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l'Economie numérique dans le précédent gouvernement, le ministre maire de Sédhiou a tendu la main à tous. «Comme vous le savez, le président de la République a inscrit son deuxième mandat sous le sceau du +Fast Tract+.

A cet effet, je compte sur chacun de vous pour que le travail aille vite au-delà de la satisfaction des hautes autorités et des usagers».

Tout en assurant qu'il ne ménagera «aucun effort pour l'atteinte des objectifs» assignés par le chef de l'Etat Macky Sall, Abdoulaye Diop a félicité son prédécesseur «pour l'important travail qu'il a accompli et les chantiers qu'il a ouverts».

Revenant sur les chantiers ouverts, le ministre sortant Abdoulaye Bibi Baldé, a relevé avoir «eu à cœur d'assainir et de moderniser le secteur de la presse confronté à de nombreuses difficultés».

Il a évoqué «une franche collaboration avec les acteurs de la presse». Ce qui, selon lui, a «permis d'enregistrer des avancées majeures», dont «la finalisation des textes d'application du code de la presse qui constitue une étape importante du processus d'assainissement du secteur, du développement des médias mais surtout de la régulation».

Pour Abdoulaye Bibi Baldé, l'année 2018 avait été marquée «par le projet de loi portant création de la Haute autorité de régulation de la communication audiovisuelle transmise au secrétariat général du gouvernement, le projet de loi portant organisation et fonctionnement du Fonds d'appui et de développement de la presse, le projet d'arrêté relatif aux modalités de communication des tirages et des résultats des ventes des organes de presse écrite ».

Il s'y ajoute «le projet de décret sur les minima requis pour la formation des journalistes et techniciens des médias et les obligations et avantages des entreprises de presse», mais aussi «la restructuration de l'Agence de Presse Sénégalaise (APS) est amorcée, entre autres».

Donc, «je pars avec le sentiment du devoir accompli et la fierté d'avoir pu porter des combats majeurs au service de l'intérêt général.

Je ne suis pas en train de dire qu'il n'y a point de défis ou de difficultés dans ce département, mais simplement que nous avons apporté notre pierre à l'édifice (...)», a-t-il conclu.

Sénégal

Cannes 2019 - Mati Diop remporte le grand Prix du jury avec son film "Atlantique"

Le long métrage "Atlantique" de la réalisatrice franco-sénégalaise, Mati Diop, a… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.