16 Avril 2019

Sénégal: Epidémie de grippe équine - Prés de 3000 animaux morts repertoriés

Une épidémie de grippe équine est en train de faire des ravages chez les équidés notamment les ânes. En effet, près de 3000 animaux morts ont été dénombrés.

C'est du moins ce qu'a fait savoir Dr Mactar Seck, chargé des programmes de l'Ong Brooke lors d'une conférence de presse hier, lundi 15 avril.

Pour éradiquer ce fléau, un certain nombre de mesures ont été préconisées, notamment la limitation du déplacement des animaux, le confinement des animaux malades et l'enfouissement des cadavres.

Depuis quelques semaines, une épidémie de grippe équine sévit au Sénégal. Cette maladie est en train de faire des ravages chez les équidés notamment les chevaux, ânes et mulets. Des tests ont été effectués. Ils sont probants et le gouvernement du Sénégal a en fait la déclaration au niveau de l'Organisation mondiale pour la santé animale (Oie).

Au Sénégal, à ce jour près de 3000 mortalités essentiellement des ânes ont été dénombrées. « Actuellement, au vu des informations qui nous remontent du terrain, il y aurait près de 3000 équidés essentiellement des ânes qui sont morts de cette maladie.

La maladie est présente dans les localités de Dakar, Rufisque, Diourbel, Fatick Koumpetoum, Tambacounda , Kaffrine et au niveau du Ferlo. A Sokone, à ce jour, 343 animaux sont morts.

A Linguère, 408 animaux sont morts, à Kaffrine 782, à Tamba-Koumpentoum 91 et l'axe Kaolack-Guinguineo-Nioro 648 », a fait savoir Dr Mactar Seck, chargé de programme à l'Ong Brooke qui s'exprimait hier, lundi 15 avril, lors d'une conférence de presse.

Vu l'ampleur de la situation, des mesures sont préconisées. Elles s'adressent aux autorités, aux propriétaires d'animaux et aux professionnels de la santé que sont les vétérinaires. « Dans un premier temps, nous pensons à une limitation des déplacements des animaux.

Parce que quand les animaux se déplacent au niveau des forages ou des loumas, il y a brassage et que les possibilités de dissémination de la maladie sont plus importantes.

Il faut prendre des mesures de confinement des animaux malades. Les propriétaires ne doivent pas faire travailler les animaux malades.

Plutôt enfouir les cadavres pour ne pas les laisser pourrir à l'air libre. Et enfin sensibiliser les populations sur les danger de la maladie »,a-t-il recommandé.

En direction des professionnels sanitaires, dit-il, il y a des protocoles qui sont mis en place pour le traitement de cette maladie virale qui, le plus souvent, mène à la mort.

Selon le représentant Régional de Brooke Afrique de l'Ouest Emmanuel Bouré Sarr, pour éradiquer ce fléau, il faut une action beaucoup plus structurelle. «Nous lançons un cri de cœur à toutes les parties prenantes pour qu'on puisse éradiquer ce mal », a-t-il affirmé.

Abdoulaye Cissé, représentant de l'ordre des docteurs vétérinaires du Sénégal rassure que le traitement de la grippe équine est accessible car les vétérinaires sont présents dans les 14 régions du Sénégal. « Dès qu'ils sont sollicités, le médicament peut être disponible.

Le traitement fait appel à des antibiotiques qui sont accessibles et la gestion des complications, c'est-à-dire les pathologies respiratoires comme les jetages et des rhinites », a-t-il laissé entendre.

A noter que la grippe équine est une maladie respiratoire hautement contagieuse qui touche les chevaux, les ânes, les mulets et d'autres équidés. Elle est due à deux sous-types de virus grippaux et la transmission se fait par les animaux infectés qui excrètent les virus en toussant.

Sénégal

CAN Egypte 2019 - Nigeria-Tunisie ce mercredi pour la troisième place

Les Aigles de Carthage de la Tunisie affrontent les Super Eagles du Nigeria, ce mercredi 17 juillet, à 20 heures,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.