Cameroun: Commune de Douala 1er - Le compte administratif 2018 adopté

Il s'élève à 2 548 694 384 F et a été arrêté ce 11 avril en session ordinaire du conseil municipal.

Sur convocation de son président, Jean Jacques Lengue Malapa, le conseil municipal de la Commune d'arrondissement de Douala 1er, s'est réuni en session ordinaire, jeudi dernier. A l'ordre du jour, l'élection du président de séance (Samuel Maurice Massoma), l'adoption du procès-verbal de la dernière séance, et surtout, la présentation attendue du compte administratif de l'exercice 2018 par le maire, Jean Jacques Lengue Malapa, avant son adoption par le conseil mu nicipal.

Un conseil municipal qui s'est déroulé dans un esprit convivial et de respect partagé, sans pour autant être un long fleuve tranquille, tant certains conseillers municipaux, regardants sur les chiffres et la réglementation, ont attiré l'attention de l'exécutif municipal. Un exercice apprécié par la tutelle et l'exécutif municipal.

Le compte administratif de la commune s'élève pour 2018 à 2 548 694 384 F. Soit un peu plus de 1 971 000 000 F en recettes et 1 896 000 000 F en dépenses. Le maire a relevé dans ce compte un budget d'investissement public (Bip) non entièrement consommé avec un excédent budgétaire de 57 millions à restituer au trésor public, 104 millions reçus de l'État au titre de crédits transférables, une augmentation des recettes par rapport à 2017, tandis que le receveur municipal mettait l'accent sur une diminution des recettes de l'ordre de 101 millions et des dépenses de 158 millions, puis un recouvrement de 240 millions.

Le comptable-matières avait un compte gestion de 660 millions au 1er janvier 2018 et de 718 millions au 31 décembre de la même année. La tutelle a relevé la qualité des travaux, la bonne tenue des comptes qui ont permis l'adop tion d'un budget réaliste. Et de prescrire un effort dans le recouvrement des taxes, l'optimisation des recettes propres, tout en relevant certains abus dans le recouvrement de certaines taxes auprès des usagers, notamment ceux de la voie publique.

Il faut respecter la réglementation en vigueur et faire cesser ces abus sur le terrain et activer dans les meilleurs délais les projets relatifs au Bip, et le respect du calendrier de la tenue des sessions du conseil municipal. Les conseillers se sont séparés en espérant, selon le vœu du maire, se retrouver tous ensemble lors de la prochaine session. Mais d'ici là, il y a peutêtre une élection à passer...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.