16 Avril 2019

Egypte: Deux stars du cinéma égyptien, de passage à Paris, dénoncent le régime de Sissi

En Égypte, le Parlement a entériné, mardi 16 avril, une réforme de la Constitution qui permettra au président Abdel Fattah al-Sissi de rester au pouvoir jusqu'en 2030. Cette réforme signerait aussi la fin de toute indépendance de la justice. Les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent un glissement vers le totalitarisme, sachant que le régime est déjà accusé de graves violations des droits humains. Deux acteurs très connus en Égypte dénoncent cette réforme constitutionnelle et au-delà le régime dictatorial de Sissi. RFI les a rencontrés lors de leur passage à Paris.

Il a un sourire éclatant et s'exprime dans un Anglais impeccable. L'acteur égyptien Khaled Abol Naga a interdiction de jouer dans son pays où il est pourtant une star, banni pour avoir osé critiquer le régime du président Sissi. Un régime qui jette ses jeunes en prison et qui muselle la liberté d'expression.

« C'est complètement fou ce régime qui a peur de ces gamins qui écrivent des blogs, dit-il. Il y a un jeune de moins de 18 ans qui a écrit sur son T-shirt " un pays sans torture ". Il réclamait juste la fin de la torture et il a écopé d'années de prison, sans procès. Il a été torturé, électrocuté. Mais qu'est-ce que le régime peut y gagner ? »

Regard bleu perçant, Amr Waked est un autre acteur de renom. Lui a été condamné à 8 ans de prison par un tribunal militaire pour avoir insulté les institutions égyptiennes.

En exil en Europe, Amr Waked veut surtout adresser un message aux Occidentaux.

« C'est une dictature du Moyen Âge. Pourquoi la communauté internationale soutient-elle un régime qui abuse des lois, du pouvoir et qui est insupportable pour les droits de l'homme ? », demande-t-il.

Les deux acteurs pensent que le régime va trop loin et ne tiendra pas indéfiniment. L'Égypte pourrait vivre, selon eux, une nouvelle révolution.

Egypte

La couverture du référendum constitutionnel sous surveillance

Interdits de diffuser les résultats partiels du scrutin, des journalistes ont également été… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.