Congo-Kinshasa: Kinshasa - Mgr Fridolin Ambongo encourage la jeunesse à demeurer active

Mgr Fridolin Ambongo Besungu, Archevêque de Kinshasa a dû mettre fin, dimanche 14 avril dernier, en union avec la commission diocésaine des jeunes de Kinshasa, à la semaine diocésaine des jeunes catholiques qui avait pour thème : « les jeunes, foi et discernement vocationnel ».

Installé le 25 novembre 2018, le successeur de Laurent Monsengwo, Initiateur des journées des Jeunes catholiques, démontre ses ailes de défenseur patenté de la dignité humaine, suivant les traces de son prédécesseur qui, faut-il le signaler, était présent à cette grande messe célébrée au stade Tata Raphaël de Kinshasa.

En effet, peu avant la messe proprement dite, après la bénédiction des rameaux, l'archevêque de Kinshasa a pu tourner son regarde vers les jeunes, en se référant aux Saintes Ecritures selon Esaïe 50 : 4 à 7 et Philippiens 2 : 6 à 11, pour leur dire qu'ils sont le présent et l'avenir du Congo, l'espérance de la société. Et d'ajouter que c'est sur eux que reposent les intentions et l'espoir de l'avenir de la RD. Congo. Ces derniers, ajoute l'officiant du jour, devaient garder leur détermination vive. Ambongo Fridolin encourage les jeunes à ne pas placer leur confiance aux politiciens congolais qui ne cherchent que leurs intérêts personnels et partisans. Il faut dire que le public présent à cette messe des rameaux est resté d'accord lorsque l'archevêque a évoqué la question de l'égoïsme politique congolais.

A ce détail, les jeunes crient de gauche à droite, comme qui dirait, ils étaient face à un match de football, suite à l'ambiance combien saine suscitée par de la prédication de leur évêque. Une façon de toucher, contre vents et marrée, les cœurs de ces jeunes Chrétiens et, par ce fait, soulager la souffrance que rencontrent les congolais en cette période de crise sociopolitique et économique. Tous les jeunes semblent avoir trouvé leurs intérêts dans le sermon de l'archevêque et surtout le message de foi autour des valeurs. La jeunesse devait rester déterminée et ne pas céder au désespoir, sinon, au fléau du tribalisme et de la corruption léguée par les générations précédentes. Ces derniers, conseille l'Evêque de Kinshasa, devaient rester fermes à la vertu et la justice comme l'avait incarné Isidore BAKANDJA et d'autres saints de l'histoire.

Force est de signaler qu'à cette célébration eucharistique, le stade Tata Raphaël était inondé du monde de par l'ensemble des gradins. Des fidèles venus de tous les coins de la ville de Kinshasa, dont nombreux vêtus en blanc comme les oiseaux du ciel, dansaient avec grande joie, et d'un côté à l'autre de ce stade, des voix semblables à celles des anges exécutaient harmonieusement les cantiques glorieux à l'honneur du Seigneur Jésus-Christ. C'était donc les choristes et les fidèles.

Retenons que cette messe a dû ouvrir la porte de la semaine sainte qui mène tout droit vers la Pâques. Le message de l'archevêque de Kinshasa est tel que la jeunesse doit garder cette attitude d'espoir, de confiance en soi et croire surtout en Dieu, mais pas aux hommes qui restent égocentriques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.