Ile Maurice: Amendements à l'Immigration Act - Le flou autour du sort des enfants

Les débats sur les amendements à l'Immigration Act se poursuivent dans l'hémicycle, ce mardi 16 avril. Le vote sur ce projet de loi devra avoir lieu juste après. Mais une question taraude les expatriés mariés à des Mauriciens. Qu'adviendra-t-il des enfants des couples dont un des conjoints est étranger ?

«Tout est encore flou. Plusieurs personnes parlent actuellement de lois rétrogrades par rapport aux conventions internationales ratifiées par Maurice. Mais nous n'en savons pas plus. Nous voulons juste savoir ce qui va arriver à notre famille», soutient un expatrié à la tête d'une entreprise regroupant d'autres étrangers. «Mais c'est clair que les expatriés n'auront pas d'autre choix que de se conformer à la loi», soutient-il.

Notre interlocuteur se demande également ce qu'il adviendra des Mauriciens qui sont actuellement établis dans d'autres pays et qui envisageraient de revenir à Maurice en compagnie de leur famille. «Faudra-t-il alors y laisser le conjoint étranger et revenir avec les enfants ?» s'interroge-t-il.

Notre source convient qu'il existe évidemment la réalité des mariages blancs. Mais pour lui, chaque situation mérite d'être étudiée au cas par cas. Nous avons sollicité une autre source au niveau du gouvernement, un professionnel des droits des enfants. Ce préposé explique n'avoir pas eu le temps d'étudier toutes les implications des amendements qui pourraient être apportés à la loi mais, d'ores et déjà, il affirme être au courant que les autorités font actuellement face à un réel problème impliquant des travailleurs bangladais et malgaches.

«Il existe énormément de cas où des Bangladais se mettent en couple et ont des enfants. Ils réclament ensuite le droit de rester sur le sol mauricien à cause de l'enfant qui est né ici et qui a des droits. C'est un vrai casse-tête pour les autorités actuellement. C'est aussi le cas avec les Malgaches qui se marient à Maurice et qui ont des enfants. Ils ont droit à l'éducation, sont scolarisés ici et les parents utilisent ce droit pour rester aux côtés de leurs enfants», affirme cette source. Selon elle, cette raison pourrait justifier l'urgence pour que ces amendements soient votés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.