Madagascar: Législatives - Charte non-contraignante pour les candidats

Des chartes d'engagement peuvent être édifiées et signées, mais tant qu'aucune force contraignante et répressive ne les arment - dans le cas où les élus ne respectent pas leurs engagements - qu'est-ce que cela pourrait apporter davantage, outre le gaspillage de temps et d'énergie (et de matériels) ?

En effet, nous savons sans doute que « Toky Nomena » ou Parole Donnée est le comité paritaire qui a dressé la charte sur les élections législatives (présentée vendredi dernier) ladite charte comporte 29 articles, dont les engagements des candidats aux législatives avant, pendant et après les élections. Un peu comme le cas de la dernière présidentielle. Pour les législatives, lesdits candidats auront jusqu'au 5 mai, à la veille du début de la campagne électorale, pour la signer.

Descentes. Hier, sur une station radio privée, Maka Alphonse, le président du CFM (Comité du Fampihavanana Malagasy), et non moins membre de « Toky Nomena », a informé que « le 24 avril prochain, le comité paritaire va effectuer des descentes au niveau des 22 régions pour vulgariser les tenants et aboutissants de cette charte auprès de la population et des candidats, et d'inviter ces derniers à s'engager en signant ».

Nomadisme. Inviter les candidats à signer ? Et si le comité paritaire commençait également à dévoiler ce qu'il a produit avec la charte prévue pour la présidentielle : la charte de bonne conduite et d'intégrité des candidats pour une élection présidentielle apaisée ? Dans la charte pour les législatives, des articles intéressants sont prévus, tels que le recrutement des assistants sur la base de son expérience, ses compétences et son intégrité en conformité avec l'exercice des fonctions de parlementaire ; le respect de l'article 72 de la Constitution qui interdit le nomadisme politique ou le changement de groupe durant son mandat.

Parole. S'ils ne sont pas en mesure de se soumettre au simple règlement intérieur de l'Assemblée Nationale, comment pourront-ils honorer leur parole en s'engageant à contrôler l'Exécutif, ou à respecter le mandat impératif ? Bref, la liste est loin d'être exhaustive et bien évidemment, c'est une initiative louable de vouloir changer et d'inviter les députés à « assumer dignement leurs responsabilités et à mettre les intérêts du peuple avant tout désormais! », pour reprendre les termes du comité paritaire. Mais tant que tout revient à l'absence de force contraignante de la charte, place au leurre. A suivre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.