Sénégal: Pour une stratégie nationale de valorisation de la faune et de la flore

Dakar — Le directeur des Parcs nationaux, colonel Abdoulaye Diop, prône une reforestation et une réintroduction de la faune en vue d'élaborer une stratégie de valorisation des ressources naturelles et animalières.

Cela peut se faire à travers un partenariat public/privé, a-t-il précisé mercredi à Dakar, au deuxième et dernier jour d'un atelier d'élaboration d'une Stratégie nationale de restauration des habitats, de transferts et de gestion rapprochée de la faune au Sénégal, une rencontre prévue pour deux jours (16-17 avril).

L'Etat, avec un apport du foncier public et celui du privé, peut ainsi générer de la croissance par le biais de la création d'emplois, a indiqué le directeur des Parcs nationaux.

"L'élaboration d'une Stratégie nationale de restauration des habitats, de transferts et de gestion rapprochée de la faune au Sénégal, s'inscrit dans le plan Sénégal émergent vert (PSE vert)", a relevé le colonel Diop.

Il note que la conservation et la valorisation de la faune concernent les réserves privées de Bandia de Fathala dans lesquelles certaines espèces sont menacées de disparition. Des activités d'orientation ont été engagées dans ce cadre, a signalé M. Diop.

"C'est à partir de ce processus que nous voulons élaborer une Stratégie nationale concernant la réintroduction de la faune", a expliqué le colonel Diop.

Il a fait état de l'existence de réserves naturelles privées au Sénégal, parmi lesquelles la ferme animalière de Bandia, dans le département de Mbour, et celle de Fathala (région de Fatick), entres autres initiatives du genre, "une dizaine de cas" ayant été selon lui documentés au Sénégal.

Dans les stratégies de restauration et de conservation de la faune, la politique de réintroduction et de conservation a longtemps été entreprise par le Sénégal dans beaucoup de ses aires protégées, à travers le partenariat public-privé, a-t-il fait savoir.

"Nous devons définir des bases légales de restauration, de réintroduction et de conservation dans des réserves en vue de promouvoir l'éco-tourisme", a préconisé le colonel Diop.

"Aujourd'hui, a-t-il fait noter, beaucoup d'initiatives ont été mises en œuvre en termes de valorisation de la faune et de leur habitat à travers les réserves naturelles communautaires et les réserves animalières portées par des collectivités territoriales ou des promoteurs privés nationaux".

De fait, l'évaluation des programmes de transferts et de redéploiement de la faune au Sénégal "devrait aboutir à une évaluation d'un plan global stratégique national de restauration, de conservation et de valorisation de la faune en rapport avec les nouvelles exigences du moment", poursuit le directeur des Parcs nationaux.

Un atelier de restitution d'évaluation avait été organisé pour faire le point sur l'ensemble des opérations de transfert et de gestion rapprochée de la faune exécutées au niveau national pendant ces deux dernières décennies.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.