17 Avril 2019

Mali: Le Premier ministre Soumeylou Maïga dans une tempête de sable

Photo: lejecom
Soumeylou Boubèye Maïga nouveau premier ministre du Mali

C'est peu de dire que le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, est pris dans une tempête de sable. Au creux de la vague depuis un certain temps, il se peut qu'il soit en train de vivre ses dernières heures à la primature alors que des députés de la majorité et de l'opposition, au nombre d'environ 90, ont déposé hier une motion de censure contre lui et qui sera examinée en plénière, en principe demain.

Une situation inédite sous nos tropiques où on peut compter sur le bout des doigts, ce cas de figure où des députés du camp présidentiel s'allient à leurs collègues de l'opposition pour enclencher une procédure de destitution d'un chef du gouvernement appartenant à la majorité présidentielle.

Mais en attendant de voir l'effet boule de sable de cette motion de censure, il faut dire que Soumeylou Maïga a réussi à faire l'unanimité contre sa propre personne.

En plus de s'être mis à dos la classe politique, opposition comme majorité, qui demande sa démission, il fait également face au vent de fronde des leaders religieux et des organisations de la société civile.

Cerné par deux feux, va-t-il décider de lui-même, de rendre le tablier avant l'examen de cette motion de censure ou attendra-t-il d'être destitué par le chef de l'Etat ? Ou réussira-t-il à retoquer ladite motion ?

En tous les cas, l'on se demande si Soumeylou Maïga pourra résister à cette bourrasque politique. Pour l'heure, il est difficile de voir clair dans ce feuilleton politique à la malienne qui fait bouillonner le fleuve Djoliba tant cette question de la démission du Premier ministre exacerbe les tensions.

La pression ne baisse pas

Censé être la sentinelle du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) qui jusque-là n'arrive pas à résoudre l'équation du Nord et du Centre du Mali, il est devenu la cible. Et malgré le discours du chef de l'Etat à la Nation, mardi dernier, pour donner des gages au peuple, la pression sur son Premier ministre ne baisse pas.

Tout porte à croire qu'IBK a du mal à se défaire de celui-là même qui est considéré comme l'un des hommes clé du régime depuis son accession à la primature en décembre 2017 et qui passe pour être non seulement l'un des principaux artisans de sa réélection à la présidentielle d'août dernier, mais aussi le maillon fort de son régime dont certains s'accordent aussi à reconnaître l'efficacité de l'action à la tête du gouvernement.

Pour ses soutiens, il aura été au charbon sur plusieurs dossiers brûlants comme l'insécurité dans le Centre, la relance du processus de paix et la réouverture des discussions avec les groupes armés du Nord ; toutes choses qui ont certainement pesé dans la balance en faveur de IBK.

Ceux qui réclament son départ estiment qu'il a plutôt échoué et ce, avec les violences meurtrières survenues à Ogossagou et l'ébullition du front social.

Cela dit, ce n'est pas la première fois que Soumeylou Boubèye Maïga est pris dans la tourmente dans le cadre de ses fonctions, sous le regard impassible de Ibrahim Boubacar Keïta.

Alors nommé en septembre 2013 comme ministre de la Défense et des anciens combattants, il a dû rendre les armes le 27 mai 2014 suite à la défaite de l'armée malienne à Kidal, face aux rebelles. Doit-on s'attendre à un remake dans les heures qui suivent ?

En savoir plus

Appel à la démission du Premier ministre

C'est contre un Soumeylou Boubeye Maïga déjà en pleine tempête que la majorité… Plus »

Copyright © 2019 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.