Ile Maurice: Violentées par leurs proches à cause de leur orientation sexuelle...

Elles habitent Quartier-Militaire et ont fait appel au Collectif Arc-en-Ciel hier soir, mardi 16 avril. La raison : elles ont reçu des menaces de leurs proches en raison de leur homosexualité.

Deux préposés du Collectif ont alors répondu à l'appel à l'aide des deux femmes. La police a été alertée afin d'assurer leur sécurité. Une fois chez elles, les deux victimes auraient tout de même été violentées par des membres de leurs familles. La police n'aurait «rien fait pour arrêter ça», affirment des témoins.

Du coup, les membres du Collectif ont porté plainte auprès de la National Human Rights commission et de l'independent Police Complaints Commission en ce mercredi 17 avril. Les deux femmes sont actuellement aux Casernes en compagnie de leur homme de loi, Me Jean Claude Bibi.

Depuis l'incident, Aschwin Ramenah, président du Collectif Arc-en-Ciel, affirme ne pas avoir eu de nouvelles des deux filles depuis hier soir et dit craindre pour leur sécurité. «Ce qui s'est passé est grave car la police ne fait rien pour les protéger de même que les militants des droits humains.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.