Congo-Brazzaville: Circulation routière - Les automobilistes déplorent les tracasseries dans le recouvrement de la taxe de roulage

La déclaration de la taxe au titre de l'année 2019 est centralisée à la mairie de ville de Brazzaville, avant le paiement à la Banque postale du Congo. Mais de nombreux conducteurs se plaignent de la lenteur administrative et des va-et-vient entre la mairie et la banque.

La date limite de paiement de la taxe de roulage à Brazzaville est fixée au 20 avril. Au-delà de cette échéance, les retardataires se verront infliger des pénalités. Les autorités menacent de lancer des opérations de recouvrement forcé sur les routes de la ville, a-t- on appris de sources concordantes.

Pour payer cette taxe, les concernés doivent se rendre à la marie centrale déposer la copie de la carte grise à partir de laquelle, la marie délivre un papier qui permet à l'usager de se présenter à la Banque postale du Congo. Cette première étape de formalités peut prendre plus de trois jours. Après, les automobilistes sont obligés de revenir à la mairie avec les reçus pour retirer la vignette. Cela peut prendre encore plusieurs jours.

Isaac Delenga, chauffeur de taxi, a dû passer la moitié de sa journée du 17 avril dans les rangs. « Je suis ici depuis 6h du matin et, jusqu'à 11h, je ne suis pas encore reçu », a confié ce conducteur. Il pointe du doigt l'organisation mise en place par les autorités municipales qui ne facilite pas la tâche aux contribuables de la taxe de roulage.

Tout comme les nombreux automobilistes rencontrés sur place, Bertrand Itoua, un autre conducteur, estime que les deux semaines accordées pour cette opération sont insuffisantes, sollicitant un délai supplémentaire. « Je suis venu pour la situation de ma voiture. Les agents m'ont dit de déposer une copie de la carte grise puis de revenir dans trois jours pour payer. Comment faire alors que le contrôle va bientôt commencer ? », s'est-il interrogé.

Mermans Babounga Ngondo, un acteur de la société civile, critique également la méthode choisie par la mairie de tout centraliser à son niveau. « La délivrance de ce papier aurait due être décentralisée dans tous les arrondissements pour permettre aux usagers de ne pas perdre trois à cinq jours pour payer une taxe. Comment celui qui vous apporte l'argent dans la caisse doit-il être soumis à tous ces va-et-vient au même endroit pour retirer juste des documents ? », s'est indigné le secrétaire exécutif de l'Observatoire congolais des droits des consommateurs.

La rédaction de Les Dépêches de Brazzaville a tenté en vain de rencontrer les autorités municipales concernées pour avoir leur version des faits. Cependant, à l'issue de la récente session budgétaire, le 12 février, le maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba, avait annoncé la mise en œuvre des dispositions « rigoureuses » en vue de maximiser les recettes municipales, avec l'ouverture d'un guichet unique auprès de la Banque postale du Congo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.