Congo-Brazzaville: Genre - La CIRGL renforce la lutte contre les violences faites aux femmes

Douze points focaux congolais, dont onze femmes et un homme, ont bénéficié d'une formation initiée par le Centre régional de formation (CRF) de la Conférence internationale pour la Région des Grands Lacs (Cirgl), en vue de prévenir et contrer les violences sexuelles fondées sur le genre.

Les violences faites aux femmes et fondées sur le genre prennent de l'ampleur dans l'espace Cirgl. Pour renforcer la lutte contre ce phénomène tant décrié, un atelier a été organisé, du 8 au 12 avril à Brazzaville, à l'intention des agents et cadres des différentes administrations publiques. L'initiative s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plaidoyer et du plan d'action de la déclaration de Kampala qui vise, entre autres, à rendre opérationnel l'article 6 du Protocole de la Cirgl dans la prévention et la répression de la violence sexuelle contre les femmes et les enfants.

Les douze points focaux qui ont bénéficié de cette formation feront à leur tour le même travail en tant que formateurs. L'atelier leur a donc permis de mettre à jour leurs connaissances sur les procédures de facilitation de prise en charge des victimes de violences encore appelées « survivantes » par les spécialistes de la question. La compréhension des facteurs responsables de ces violences a fait partie des principaux points évoqués lors de la formation des acteurs qui auront sous peu du travail sur le terrain dans le cadre de cette lutte.

« Les enseignements reçus et les échanges d'expériences réalisés contribueront à renforcer vos performances dans l'accomplissement des missions dévolues à vos structures respectives dans la lutte contre ce fléau en République du Congo », a déclaré Cornelie Adou Ngapi, directrice de cabinet de la ministre de la Promotion de la femme et de l'intégration de la femme au développement. Elle a, par ailleurs, salué le dévouement des formateurs et des points focaux bénéficiaires de la formation qui, selon elle, sont devenus des relais auprès des autres couches de la société.

Combat de tous les secteurs

Le combat contre la violence sexuelle et fondée sur le genre n'est pas l'affaire d'une seule structure. Il ne concerne pas non plus un seul secteur d'activité. Le phénomène est observable à tous les niveaux de la société. C'est pourquoi la cible des points est variée selon les secteurs : policiers, huissiers de justice, médecins, psychosociologues, sont visés par le travail que les formés feront sur le terrain pour une implication large dans l'espace Cirgl, à en croire Augustin Kimonyo, l'un des formateurs.

Plaidoyer

Pour Tendance Vouezolo Bongat, l'une des participantes à cet atelier, la mise en place d'une législation spécifique liée aux violences sexuelles et fondées sur le genre est indispensable pour permettre de réprimer les auteurs de ces actes. « Je souhaiterais que l'on instaure une synergie entre les différentes structures qui interviennent, de loin ou de près, dans la prise en charge des victimes car les conséquences de ces violences sont tellement lourdes, tant sur le plan physique que psychologique, qu'il est important de porter une attention particulière là-dessus », a-t-elle fait savoir.

La formation organisée à Brazzaville par la Cirgl-CRF n'est pas la première du genre. L'initiative a, en effet, déjà été réalisée dans huit pays de la région des Grands lacs. La Banque mondiale et l'Initiative néerlandaise pour le renforcement des capacités dans l'enseignement supérieur, en collaboration avec l'École de gestion de Maastricht, Living peace institute et Rutgers sont des structures ayant soutenu la réalisation de cette formation. Une manière de participer au combat contre les violences sexuelles et fondées sur le genre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.