Congo-Kinshasa: Débâcle du Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo - Le Rapport Oakland Institute et Ceden dénonce des manquements graves de gestion

Le Rapport dressé par Oakland Institute et le Cercle pour la défense de l'environnement (Ceden), au sein du Parc agro industriel de Bukanga Lonzo est sans appel et constate des manquements extrêmement graves de gestion par son partenaire Africom de l'Afrique du Sud.

Le Gouvernement doit changer sa stratégie et sa priorité doit être la production de la politique agricole ainsi que la loi et ses mesures d'application, en respectant les droits fonciers des communautés locales et des peuples autochtones de la RDC dont le but est de permettre au pays de mettre un terme à la faim et à la pauvreté, a affirmé le Pasteur Mathieu Yela Bonketo, coordonnateur de Ceden, lors d'un point de presse organisé dans la salle de conférence pastorale de l'ECC à Gombe. Il soutient la promotion de l'agriculture familiale plutôt que de favoriser l'accaparement des terres.

Le Parc agro industriel de Bukanga Lonzo n'a pas répondu à ses objectifs notamment, la lutte contre la sous-nutrition et l'insécurité alimentaire, réduire les importations alimentaires et assurer une croissance économique. Par contre, les moyens de substance des paysans sont menacés par le phénomène de l'accaparement des terres que la banque mondiale et la BAD alimentent par des réformes foncières et de l'ouverture des secteurs agricoles aux investissements directs étrangers. Ce rapport révèle que des terres, précisément de Bukanga Lonzo sont acquises de manière trompeuse et sans respect des exigences légales. Les populations locales sont induites en erreur sur l'objet du projet et sur les avantages escomptés.

Elles ont été trompées en cédant leurs terres par la signature d'un acte d'engagement. A ce jour, elles n'ont pas accès à leurs terres et sont confrontées à la violence et à la répression des forces de police. Le rapport a identifié de nombreux problèmes de mauvaise gestion et soulève de séreuses suspicions de détournement de fonds et de corruption. Il confirme que la gestion de la production et des intrants agricoles a été désastreuse. Par exemple, d'importantes quantités de maïs du parc n'ont jamais été expédiées et ont été laissées à pourrir sur place puis enterrées avec les intrants chimiques dans l'enceinte de parc.

Dans ce même rapport, il est révélé la création d'une société minière sous couvert du Parc. Enfin, le rapport détaille des pratiques épouvantables en matière de droits du travail et de conditions de travail pour les travailleurs locaux.

Leçon à tirer

Ce rapport a analysé le projet pilote et en tire des enseignements profonds et importants qui doivent éclairer les futures décisions du gouvernement sur l'investissement agricole en RDC, des institutions internationales qui encouragent et soutiennent notamment, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. Alors que ce premier parc a été conçu comme un projet pilote, bon nombre de problèmes identifiés dans le rapport ne constituent pas des erreurs qui peuvent être corrigées car, ils risquent fortement de se reproduire lors de la création de nouveaux parcs. "Les parcs agro-industriels sont un mauvais modèle, basé sur une mauvaise hypothèse en RDC. Il est dangereux de continuer avec les 21 projets". A ce sujet, le rapport indique que les paysans demandent qu'au lieu de prendre leurs terres pour les parcs agro-industriels, autant répondre à leurs besoins en termes d'accès à de bonnes semences et au crédit, au transport, à la transformation et à la commercialisation de leur produit.

Il est temps que le gouvernement congolais et les bailleurs de fonds tirent les leçons de la débâcle de Bukanga Lonzo et renoncent à leur projet d'établir de nouveaux parcs dans le pays. Les millions de dollars engloutis à Bukanga Lonzo montrent que des fonds sont disponibles. Reste la volonté politique du gouvernement de mettre en œuvre une politique agricole qui permettra au pays d'éradiquer la faim et la pauvreté de manière efficace.

Pour rappel, en 2013, le gouvernement lançait avec pompe son Plan national d'investissement agricole doté de 5,7 milliards de dollars. Pour atteindre ses objectifs, il adopta une double stratégie, censée soutenir les exploitations familiales et les grandes entreprises agroalimentaires. C'est dans ce contexte qu'il a été créé, en 2014, 22 Parcs agro-industriels pour couvrir 1000 à 150. 000 ha. Le projet pilote a été lancé à 260 km de Kinshasa, en partenariat avec africom, une firme sud-africaine pour la production de maïs et autres produits pour 92 millions de dollars. Ce plan ambitieux n'a jamais été mis en œuvre. Trois ans après, le parc de Bukanga Lonzo s'est effondré en 2017 comme un château des cartes. Il laisse derrière de licenciement et des poursuites judiciaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.