Congo-Kinshasa: Naufrage meurtrier en RDC - Le président Tshisekedi sur les bords du lac Kivu

Le président congolais, Félix Tshisekedi est arrivé ce jeudi 18 avril dans le territoire de Kalehe dans le Sud-Kivu, sur les lieux du naufrage survenu lundi soir sur le lac Kivu. Ce drame a suscité l'indignation dans le pays. Au moins 13 personnes sont mortes et 114 sont portées disparues. Mais le bilan définitif du drame reste difficile à établir avec précision, car l'embarcation n'avait pas de décompte officiel de passagers. Sur place, les familles disent leur colère.

Après ce nouveau drame sur le lac Kivu, il y aurait toujours une centaine de disparus. Alors que les pêcheurs locaux continuent de sonder les eaux pour remonter les corps des naufragés, le président Felix Tshisekedi est arrivé à Mukwidja, un carrefour commercial, d'où sont originaires un grand nombre de victimes.

Les proches des naufragés sont venus dire leur peine, et écouter les condoléances du chef de l'Etat, à l'image de cet homme : « J'ai perdu deux membres de ma famille du côté de mon papa et quatre membres du côté de ma mère. Ils étaient tous dans le bateau. Ils se sont noyés dans le lac. »

Questionnement sur le chargement

La route qui relie Goma et Bukavu est impraticable. La population emprunte donc ces pirogues motorisées pour traverser le lac Kivu. Au lendemain du naufrage, la population demande d'abord à ce que cette route soit sécurisée et remise en état en urgence. « Le problème ici ce sont les moyens de déplacement. Il y a les groupes armés et la route n'est pas bonne. On demande à ce que le route sois remise en bon état. »

De plus l'embarcation qui assurait la liaison entre Goma et Kahele était visiblement surchargée et ne possédaient pas de manifeste, un décompte clair des passagers. Cet habitant pointe la responsabilité des autorités : « Les services maritimes concernés doivent vérifier si le bateau peut vraiment quitter l'embarcadère. Il y avait beaucoup de chargement sur ce bateau. »

Le président Tshisekedi, qui a dit sa grande « tristesse » face à cette tragédie, a déjà promis que les responsables seraient « identifiés et sanctionnés ». Le chef de l'Etat a donc déclaré une journée de deuil national, il fait un don de mille gilets de sauvetage et promet l'ouverture d'une enquête, comme le demandait la société civile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.