Madagascar: Danse - La fameuse Cumparsita dansée au Kudeta

Le tango argentin et la salsa sera la vedette au Kudeta Anosy avec le duo Vivi Piperi et Michel Miarivola ce soir. Voyage au cœur de l'âme de l'Argentine.

Sous la houlette de l'association Tanguera, le duo Vivi Piperi et Michel Miarivola offriront un show ce soir à partir de 19 h au Kudeta Anosy. « Nous mettre en avant le tango argentin, mais nous allons aussi démonter notre savoir-faire en salsa ». Deux chorégraphies seront ainsi au menu dont l'une est assez inédite.

La première sera un mouvement avec le très populaire Cumparsita. Un air qui fait l'unanimité auprès de tous les pratiquants du monde entier, surtout en Argentine et en Uruguay. Ce titre possède quelques peu un point commun avec le hira gasy qui rassemble un tout musical. Puisqu'il désigne à la fois, un style de danse mais également l'ensemble des musiciens et des danseurs.

La deuxième chorégraphie se fera sur « Naughty girl » de la star américaine Beyonce. Ce sera cette fois-ci une plongée dans la contemporanéité avec un mélange de salsa et de jazz. Pour Vivi Piperi, la danse peut être un lien entre les époques et les directions. Histoire aussi d'équilibrer les tendances.

Avec Cumparsita, ce sera dans l'ordre de « l'émotion, c'est-à-dire la passion, la mélancolie, la joie, la colère... Le tango argentin est aussi thérapeutique, on communique son énergie, ses sentiments. En fait, le tango représente la vie », rappelle ce membre de la prestigieuse association internationale de professeures de danse. Donc, avec ce titre de salsa, le duo joue sur le relâchement.

Experts. Quant aux deux danseurs, Michel Miarivola est un professionnel aguerri, spécialiste de danse sportive. Reconnu dans le milieu de la danse de salon, il œuvre au sein de l'académie M2Z. Vivi Piperi est la fondatrice de l'association Tanguera. Par ailleurs, elle a étudié au niveau d'une académie de danse réputée en Europe et est également une experte en danse sportive.

Ambassadrice par excellence du tango argentin à Madagascar. « Avec cette danse, on peut faire un spectacle à cause de sa théâtralité. Elle a une très longue histoire, et remonte de plusieurs cultures. C'est pour cela, qu'il y a des pratiquants en Afrique, en Asie, en Europe, aux Amériques ».

Danse libre, chaque fois, les chorégraphes créent une chose nouvelle. Raison pour laquelle d'autres styles, classiques, modern jazz... peuvent y être greffés. Voilà pourquoi, « elle est parfois utilisée en psychothérapie », ajoute Vivi Piperi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.