Madagascar: Faux diplômes - Quid des étudiants victimes ?

Les universitaires sont victimes dans les affaires de faux diplômes.

Pouvoir occuper de hautes fonctions et ainsi se hisser dans la société, des exemples de motifs ayant incité les malgaches à recourir à l'usage de faux diplômes.

Les affaires de faux diplômes enflamment actuellement la presse malgache. Le cas du directeur régional de la pêche de Mahajanga est le plus récent. Mis en mandat de dépôt suite à des investigations menées par la branche territoriale du bureau indépendant anti- corruption de Mahajanga, ce dernier pourrait encourir des peines exemplaires. Quoi qu'il en soit, une telle affaire fait toujours se poser une question primordiale aussi bien aux investigateurs enquêteurs, qu'aux citoyens qui suivent de près les actualités du pays. Entre autres, celle du comment les faussaires s'y sont pris pour « bluffer » le système ? Joint au téléphone, une source d'en donner quelques pistes de réponses. « Les faussaires se basent sur des relevés de notes et des attestations de réussites de vrais étudiants pour concevoir leurs faux diplômes. Des faux documents qui passent inaperçus dans les administrations du pays, et qui permettent à des gens malhonnêtes d'obtenir ce qu'ils ne méritent pas« , a expliqué notre source. Avant de s'indigner de « l'existence d'un réseau de faussaire dans les niveaux administratifs des universités et instituts supérieurs malgaches« . « Une telle procédure ne peut être effectuée sans la complicité d'agent des administrations des universités« , a renchéri notre interlocuteur. Avant de se poser la question du « comment les faussaires ont pu se procurer les notes et attestations de réussite des vrais étudiants ? » Une question des plus légitimes étant donné la gravité de la situation. Mais également étant donné la portée des mauvaises pratiques dans tous les niveaux de l'administration du pays.

Peur. Appréhender les personnes coupables de faux et usages de faux est une chose. Prendre en considération les victimes en est une autre. En effet, si l'on se base sur les explications de notre source, les vrais étudiants à qui on a volé les relevées des notes et les attestations de réussites, sont des victimes dans les affaires comme celles impliquant et incriminant le directeur régional de la pêche de Mahajanga. « Les étudiants sont dans la majeure partie des cas enquêtés lorsque des cas de faux et usages de faux sont signalés« , a noté notre source. Avant de faire savoir « ils risquent d'être entraînés dans des magouilles judiciaires. Certains étudiants victimes ont été qualifiées de complices dans des affaires. Une injustice qui arrive facilement lorsque les enquêteurs ont comme pièces à conviction des relevées de notes et des attestations de réussites ». Avec l'actuelle affaire de faux et usage de faux auprès du ministère de la pêche, l'image de l'administration publique malgache - malmenée par les mauvaises pratiques et l'incompétence de certains de ses agents - est davantage entachée. Si le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait savoir vouloir raffermir les dispositifs de contrôle de faux diplômes, l'on attend toujours les fameuses mesures. L'on attend également des peines exemplaires à l'encontre des coupables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.