18 Avril 2019

Afrique de l'Ouest: Exportations du Sénégal dans la CEDEAO - 513 milliards de chiffres d'affaires en 2017

Le directeur général du Conseil Sénégalais des chargeurs (Cosec), Mamadou Ndione, a salué le potentiel industriel Sénégalais, comparé à la sous-région.

Nonobstant, il a invité les acteurs à adopter une stratégie de conquête pour tirer le meilleur de la Zone de libre échange continental (Zlecaf) en devenir. C'était hier, au deuxième et dernier jour des Assises de l'entreprise 2019, tenues à Dakar.

Le tissu industriel sénégalais se construit au mieux, bien que déstructuré avec l'avènement des politiques d'ajustement structurel mises en œuvre en 1984 par l'Etat Sénégalais et le choc de la mondialisation ayant conduit à la dévaluation de 100% du franc CFA en 1994.

Un actif confirmé par Mamadou Ndione, directeur général du Conseil Sénégalais des chargeurs (Cosec), qui renseigne que «les exportations du Sénégal vers la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cedeao) ont connu une hausse de 10,4% en 2017, passant ainsi, de 465,2 milliards de francs CFA en 2016 à 513,8 milliards en 2017 ; soit 82,1% des expéditions des produits sénégalais sur le continent africain».

Il intervenait hier, au deuxième et dernier jour des Assises de l'entreprise 2019, dans un panel intitulé: «Produire et consommer Sénégalais: Quelle stratégie nationale de valorisation socioculturelle et de promotion de produits industriels Sénégalais?».

Pour lui, «du point de vue des segments, ce sont essentiellement les produits industriels tels que le ciment hydraulique, représentant 21% des exportations, les poissons frais de mer 13,6%, les bouillons 12,3%, les produits pétroliers 5,6%, les cigarettes 5,2%».

Appréciant positivement cette existence de l'industrie du Sénégal comparée à la sous-région, il met en exergue entre autres avantages, les 5956 Km de routes revêtues et 10 539 km de routes en terres, la réalisation de 43 projets d'infrastructures routières sur un linéaire de 1762 km, non sans compter les vastes projets en cours comme la dorsale de l'île à Morphile et l'important patrimoine autoroutier qui est passé de 32 Km en 2011 à plus 221 km en 2019, ainsi que l'axe Mbour-Fatick-Kaolack entre autres.

A cela, les avantages du transport maritime et fluvial appuyé par la présence d'une ligne nationale du Consortium sénégalais d'activités maritimes (Cosama), qui desservit la zone ouest africaine avec le Mv Diogué pour 2000 tonnes, et le Djilor pour 5000 tonnes.

Ce qui lui fera dire que «toutes ces infrastructures constituent des intrants pour consolider l'existence industrie».

En termes de perspectives, il a laissé entendre qu'il «nous faut une stratégie de conquête», pour tirer le meilleur de ce qu'offre le nouvel accord sur la création de Zone de libre échange continental (Zlecaf).

Sénégal

Il était une fois la peine de mort

La peine de mort a été appliquée au Sénégal sous le magistère du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.