18 Avril 2019

Cameroun: « La manière de célébrer la Pâques s'est enrichie »

interview

Père François Olomo, recteur de la cathédrale Notre-Dame-des-Victoires.

La Pâques se célèbre dimanche prochain. Quelle est la symbolique de cette fête ?

Pâques nous vient de la tradition juive qui célèbre le passage de la mer rouge à pieds secs. Passage des hébreux qui quittaient l'Egypte pour la terre promise et ayant traversés la mer à pieds secs sans être noyés, leurs adversaires leur poursuivant étant noyés, ils ont célébré le salut de Dieu. Mais la Pâques chrétienne est au-delà de cette Pâques juive. Elle célèbre l'événement mort-résurrection du Christ. Jésus-Christ qui donne sa vie et qui nous permet de passer de l'état de pécheur à l'état de sauvé. C'est une fête de passage, mais un passage beaucoup plus spirituel que physique. La pâques devient donc la célébration du salut des hommes par Jésus mort et ressuscité.

Est-ce qu'au fil des années, cette fête garde la même valeur pour les chrétiens ?

C'est depuis la mort de Jésus il y a plus de 2000 ans que nous célébrons la Pâques chrétienne. Qui est un moment où l'homme célèbre la vie de Jésus, cette miséricorde infini de Dieu. Au fil des années, la Pâques s'est enrichie. Par la manière d'être célébrée. Je dois avouer qu'aujourd'hui, la Pâques célébrée à Yaoundé, n'est pas la Pâques célébrée à Rome. Bien que le fond et le sens de la célébration soit exactement le même. C'est toujours le salut en Jésus-Christ, ce sera toujours la célébration de la plus grande fête chrétienne. Mais, la manière de célébrer tient compte de chaque culture. Par exemple à Yaoundé nous célébrons le dimanche des rameaux, le Jeudi, Vendredi et Samedi Saint, tous cela rentre dans la célébration de Pâques.

Par exemple le Vendredi Saint à Yaoundé, nous célébrons avec un rite traditionnel « l'Essani », qui est propre à notre aire culturel. Mais aussi, il y a une prise de conscience progressive d'un peuple qui a d'abord accueilli une foi qui venait d'ailleurs et qui aujourd'hui, a pris possession de cette foi, et qui vit de manière beaucoup plus profonde la fête pascale. Cela devient une fête propre, un chrétien Camerounais aujourd'hui sent cette fête comme sa propre fête. Il ne s'agit plus simplement d'une fête venue d'ailleurs, mais d'une célébration qui fait partie de son patrimoine culturel. Il y a donc une prise de conscience de la culture chrétienne.

Concernant l'après Pâques, comment le chrétien doit-il vivre ?

Après avoir vécu les 40 jours de carême où l'on s'est arrêté pour méditer sur notre condition humaine, un bon chrétien après la Pâques, prend compte du choix de Jésus qui est avant tout le choix de la paix, de l'accueil de l'autre, du salut. Le bon chrétien se remet en question pour pouvoir repartir avec le Christ pour construire à partir du Christ et la nuit de Pâques justement nous aurons les baptêmes de grandes personnes qui acceptent de changer de vie. Et qui doivent repartir engagées pour proclamer le Christ mort et ressuscité par leurs paroles, leurs pensées et leurs actes, c'est peut-être là que nous échouons souvent mais nous sommes tous appelés à vivre le Christ mort et ressuscité dans tout ce que nous faisons.

Cameroun

Mondial féminin - Le Cameroun vise au moins les quarts de finale

Pour leur deuxième participation à une édition de Coupe du monde, les Lionnes indomptables veulent… Plus »

Copyright © 2019 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.