Cameroun: Programme d'appui à l'agriculture et à l'élevage - 6200 à former en 2019

Les résultats du Programme de 2018 ont été déroulés lors de la 16ème session du comité de pilotage hier à Yaoundé.

Le Comité de pilotage du Programme d'appui à la rénovation et au développement de la formation professionnelle (PCP-AFOP) s'est tenu hier à Yaoundé en sa 16e session. Co-présidée par le ministre de l'Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), Dr. Taïga, et de son homologue de l'Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbaïrobe, cette rencontre était une occasion de dresser le bilan du programme pour l'année 2018, ainsi que la présentation et l'examen du programme technique annuel budgétisé 2019, de la et présentation et l'examen des dossiers spécifiques.

Dr Taïga a rappelé que le programme AFOP était entré dans sa troisième phase d'exécution avec pour la consolider et pérennisater le dispositif rénové. « Dans cette perspective, il est important de veiller à l'efficacité et l'efficience du dispositif en tenant compte des ressources humaines et l'implication des territoires et de leurs communautés dans la gouvernance et la pérennité des structures de formation », a souhaité le Minepia.

Pour ce qui est du bilan de l'année 2018, le programme affiche des résultats assez probants. Implanté dans les dix régions du pays, il dispose de 96 centres et de 26 écoles de formation. Sur le plan du flux de formation et d'insertion, 2700 jeunes post primaires ont été formés dans ces centres. 1800 issus du secondaire ont également reçu des enseignements, tandis qu'un millier est formé chaque année.

Plus de 3000 jeunes formés et installés ont bénéficié d'une subvention globale de plus de 4,5 milliards de F. Le programme a également permis la création d'environ 6600 emplois.

Dans le volet des contributions au développement des filières, l'on note six filières animales (porcs, volaille, ovin, caprin, bovin, pisciculture) et neuf filières végétales (cacao, palmier à huile, maïs, riz, oignon, bananier plantain, sorgho, igname, manioc). Il y a également la pêche continentale et la pêche maritime. Concernant les perspectives pour 2019, il est prévu la formation de 6200 jeunes, quinze mille producteurs et pêcheurs, une trentaine de bouchers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.