Congo-Kinshasa: Surfacturation des appels téléphoniques - La Lucha en sit in devant Vodacom

La manifestation pacifique est prévue pour le 25 avril, à Kinshasa, aux alentours du siège de la société de télécommunication cellulaire, sur le boulevard du 30-juin, à Gombe.

Les membres du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) veulent dénoncer la surfacturation et la qualité « médiocre » des réseaux de communication du pays dont Vodacom, Orange, Airtel et Africell. Pour se conformer à la loi, ils ont saisi l'exécutif provincial, assurant que cette manifestation se veut pacifique, conformément aux prescrits de l'article 26 de la Constitution. Ce mouvement attend notamment du gouverneur de la ville-province de Kinshasa « de prendre toutes les dispositions sécuritaires pour l'encadrement de cette activité citoyenne ».

Une action menée dans l'est du pays

Les membres de la Lucha de Kinshasa vont ainsi emboiter le pas à leurs camarades de Beni et Butembo, dans le Nord-Kivu, ainsi que de Bukavu, qui ont organisé des manifestations devant des sièges de certaines de ces sociétés de communication pour dénoncer la surfacturation des appels téléphoniques.

Les membres de la Lucha du Sud-Kivu ont, eux, appelé à un sit-in, le 18 avril, devant le bureau de la société de télécommunication Orange, dans la ville de Bukavu. Par cette action citoyenne, ils exigent, en plus de l'amélioration de la qualité des services, la réduction du coût lié à l'achat des cartes de crédit, à la consommation sur la communication vocale, sur les mails, l'utilisation de l'internet ainsi que les transactions monétaires. « Nous l'avons annoncé et voilà, nous agissons. Ils nous ont tant rançonnés, ils nous ont tant pillés, c'en est trop! Il n'est pas normal qu'ils nous surtaxent jusqu'à ce point pour ces services, non et non. Mobilisons-nous encore comme un seul homme, soyons nombreux devant le bureau d'Orange ce jeudi », avait expliqué un militant de ce mouvement citoyen, interrogé par le journal Kivuavenir.com.

Cette action a été menée quelques jours après un sit-in organisé à la société Airtel à Butembo, pour la même cause. « Rien n'a changé. Nous sommes venus pour faire un feedback parce qu'Airtel nous fournit toujours une mauvaise connexion. Ce sit-in n'a pas de fin jusqu'à ce qu'on réponde à nos recommandations. Il va devoir nous prendre en charge. Nous sommes ses clients. Nous voulons que le contrat signé soit respecté. S'ils se sentent gênés, ils vont répondre à nos recommandations », a expliqué un manifestant de Butembo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.