Congo-Brazzaville: Osiane 2019 - Les partenaires satisfaits de leur accompagnement

Luc Missidimbazi, président de l'association Pratic et du comité d'organisation de la troisième édition du Salon international des technologies de l'information et de l'innovation (Osiane), a animé une conférence de presse, le 16 avril, à Brazzaville après l'ouverture officielle de l'événement par Clément Mouamba, Premier ministre, chef du gouvernement.

L'échange avec les chevaliers du micro et de la plume s'est déroulé en présence des sponsors officiels d'Osiane que sont, entre autres, Burotop Iris, GVA Congo, MTN et l'Agence de régulation des postes et des communications électroniques (Arpce). Ces derniers ont dit leur motivation et l'intérêt qu'ils tirent de l'organisation de ce salon international.

Le choix du thème de cette édition s'explique par le souci d'établir la confiance numérique, de protéger les données, c'est-à-dire tout ce qui touche à l'évolution du numérique et à sa progression dans la programmation du développeur. «Ceci nous amène à comprendre comment ce développement influe sur l'économie globale. Ce sont donc des aspects de sécurité et d'économie qui seront abordés lors de ce salon», a indiqué Luc Missidimbazi.

Le thème « Développer la confiance numérique pour garantir une économie prospère » est lié à la recherche de solutions par les acteurs impliqués dans le secteur afin de mieux utiliser et gérer les données internet. La mobilisation des sponsors est due par l'attractivité sur le potentiel que représente le Congo dans le numérique.

Pour l'Arpce dont l'histoire ave Osiane remonterait à plus de dix ans, ce salon représente un lieu de haut niveau de débat. « L'Arpce que dirige Yves Castanou a, dès le départ, fixé sa vision, faire rentrer le Congo dans le Top 5 des pays africains leaders des postes et de communications électroniques. Pour atteindre cela, il a fallu pour l'équipe dirigeante d'avoir des stratégies qui reposent sur des initiatives comme Osiane et qui est empruntée par Pratic », a indiqué Sara Ahoui, conseillère en communication à l'Arpce. Elle s'est félicitée de cette initiative qui est en train de gagner en prestige, avec la qualité des intervenants depuis trois ans. L'intérêt est donc de taille pour l'agence en participant à une telle initiative. Car c'est la seule façon pour elle de promouvoir le secteur dont elle a la charge, le numérique.

Le directeur général de GVA Congo a, de son côté, salué l'organisation d'Osiane qui leur a donné l'opportunité de présenter leurs produits aux niveaux national et international. Grâce à cette rencontre, cette société a lancé son projet internet et communiqué sur canal box. « On arrive à un moment où on va être opérationnel. C'était vraiment l'idéal de pouvoir communiquer à la fois dans un événement aussi important sur GVA et sur canal box. Avec Osiane, c'est pour que nous ayons vite une vitrine nationale et internationale pour présenter nos produits », a-t-il indiqué.

Burotop Iris n'entend pas rester le dernier dans l'accompagnement de l'Etat congolais dans la confiance numérique. « Le groupe Burotop Iris a aussi des entités qui existent comme Infracom qui s'occupe des infrastructures de communication telle la fibre optique. Nous accompagnons aujourd'hui l'Etat dans tout ce qui est solution de numérisation. Je pense que nous en avons déjà apporté notre contribution avec le projet FIA. Aussi avions-nous contribué à la fibre optique-CAB phase1. Nous sommes présents à ce salon pour aussi partager notre expérience et échanger sur ce point avec les autres, éventuellement en partant de la même vision avec Pratic et le salon Osiane. Nous discutons avec les institutions pour voir la solution qu'on peut apporter. Elle peut être, par exemple, celle de la dématérialisation», a déclaré le représentant de la société.

MTN a confirmé son soutien financier à l'événement. Cette entreprise de téléphonie mobile reconnaît l'importance de l'Arpce dans la régularisation du secteur des télécoms au Congo. La directrice adjointe à la communication a relevé la mise en place, par exemple, du data center pour accompagner les entreprises au niveau national et amener le contenu local pour faciliter l'accès à Google cash qui permet de faire des innovations comme "télé na ngaï". « Nous contribuons aussi à la promotion des programmes comme Y'elle start-up, Mobile money qui nous permet de renforcer notre réseau de distribution ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.