Cameroun: Crise anglophone, Arrestation de Maurice Kamto et compagnie,le Parlement européen tance le pays

Dans une résolution rendue publique ce jour, le parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg en république française, a déploré «la violence et la discrimination à l'encontre de la communauté anglophone», " la repression violente des manifestants au Cameroun " et demande "la libération immédiate" du Professeur Maurice Kamto et toutes les personnes interpellées dans le cadre de la manifestation réprimée par le forces de l'ordre du Cameroun le 26 janvier dernier.

En séance plénière au parlement Européen, la députée française Dominique Bilde a affirmé être foncièrement contre l'ingérence des forces externes dans les affaires intérieures du Cameroun. Seule, elle n'a pas pu empêcher la colère des parlementaires européens.

Quelques recommandations du parlement européen que le Cameroun devra appliquer avant la phase des sanctions internationales

Le parlement européen, appelle à des enquêtes indépendantes et transparentes sur l'utilisation abusive de la force par les policiers sur les manifestants,

Déplore les cas de torture, disparitions forcées et exécutions extrajudiciaires.

Demande aux forces de sécurité de respecter les droits de l'Homme et au gouvernement de prendre des mesures urgentes pour mettre fin aux violences, demande la libération immédiate de Maurice KAMTO et tous les autres prisonniers politiques.

Demande au gouvernement d'arrêter le harcèlement et intimidations des activités politiques et de ne pas empêcher les marches pacifiques.

Demande à l'Union Européenne et ses États membres de s'assurer qu'aucune coopération militaire ne contribue ou n'aidel' Etat du Cameroun à violer les droits de l'Homme. etc.

Instruit le président du parlement de faire suivre cette résolution à toutes les instances et organismes de l'Union Européenne.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.