18 Avril 2019

Congo-Kinshasa: Rétablir les équilibres !

Problèmes ça et là, décisions prises pour telle ou telle autre question, manifestations de part et d'autre,... c'est en vérité dans ce rythme que la RD. Congo avance, depuis la passation pacifique du 24 janvier 2019. Point n'est besoin à penser qu'avant cette alternance, au Congo-Kinshasa coulait du lait et du miel, à l'exemple de Canaan, la terre promise au peuple d'Israël.

Cependant, le véritable changement positif d'avec les us et coutumes d'antan traine encore les pas. Félix Tshisekedi, qui s'inscrit dans l'optique de déboulonner les mauvaises pratiques, se voit tout le temps sollicité, à l'intérieur tout comme à l'extérieur, afin de pallier les impasses qui gangrènent le pays. D'où, il se retrouve, à chaque heure et toute heure, en mouvement, tels les alizés qui soufflent de l'Est à l'Ouest. Déjà, après plusieurs périples à l'extérieur dont le dernier aux Etats-Unis, question de diplomatie, Tshisekedi Tshilombo s'est, illico presto, orienté vers le Congo profond, depuis le weekend dernier notamment, dans les provinces du Haut-Katanga, Nord-Kivu et Sud-Kivu.

Là-bas, l'amélioration de la situation sécuritaire était sur la table des discussions et plusieurs mesures draconiennes et palliatives ont été prises en vue de juguler l'insécurité et rétablir la quiétude dans le chef des populations de ces coins. Revenu dans la capitale congolaise hier, jeudi 18 avril, dans la soirée, le cinquième Chef de l'Etat congolais retrouvera encore des dossiers sur son bureau de la Cité de l'Union Africaine. "Fatshi" devra notamment mettre les points sur les « i » et les barres sur les « t » concernant Sankurugate, avec cette problématique de la candidature unique de Lambert Mende qui fait jaser plusieurs quidams, dûment le peuple du territoire de Lusambo. Surtout qu'il a lui-même, d'après les sources croisées, rappelé les principaux protagonistes pour une mise au point, après la suspension de cette élection des gouverneurs saluée tambours battants par une panoplie de sankuroises et sankurois.

Aussi, les négociations entre le regroupement qu'il parraine, en l'occurrence le CACH, et le Front commun pour le Congo (FCC) de son prédécesseur, Joseph Kabila, requéraient-elles son intervention pour des concessions acceptables en vue de la formation d'un Gouvernement de coalition. De ce point de vue, il est clairement évident que le poste du Président de la République exige habilité, dextérité et sagacité, à la lumière des mouvements aussi impétueux qui régentent son applicabilité. En revanche, la décentralisation même du pouvoir, selon des intelligences, se révèle comme élément de contenance. Voilà pourquoi, Félix Tshisekedi aurait, tout intérêt de désigner rapidement son Premier Ministre afin d'amorcer et garantir le level d'un Etat hiérarchisé et décentralisé. Solution qui puisse mettre fin à ce maelstrom présidentiel.

Congo-Kinshasa

Inquiétude au sujet de contrats attribués à l'homme d'affaires Jammal Samih

En République démocratique du Congo (RDC), le président Felix Tshisekedi a visité plusieurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.